Show Less
Restricted access

Accompagner vers l’emploi

Quand les dispositifs publics se mettent en action

Series:

Edited By Christèle Meilland and François Sarfati

Le chômage a pris une telle ampleur dans de nombreux pays d’Europe qu’il occupe une place première dans les préoccupations des citoyens. Il est également au cœur d’enjeux politiques. Cet ouvrage, composé d’une quinzaine de textes, propose de porter le regard sur les situations d’accompagnements des demandeurs d’emploi. Un tournant néo-libéral a clairement été pris. La volonté de maîtriser les dépenses publiques s’est partout accompagnée d’un discours idéologique de justification reposant sur des fondements « scientifiques ». L’économie d’inspiration néo-classique produit une action publique pensée en termes d’activation, d’incitation et d’information.
Analyser les dispositifs publics au concret permet d’abord de souligner, grâce à la comparaison internationale (Belgique, Suisse, Royaume-Uni, Québec, France, Tokyo, Brésil), la spécificité des politiques publiques nationales et, de fait, la singularité des dispositifs mis en place. L’ouvrage montre également le rôle prédominant des professionnels de l’accompagnement. Parce qu’ils mettent en œuvre des dispositifs individualisés, ils procèdent à une « activité de jugement » fondée sur des normes institutionnelles, sur une éthique professionnelle et sur des contraintes organisationnelles.
Show Summary Details
Restricted access

Fusionner pour activer ? Les représentations à l’œuvre dans la création de Pôle Emploi

Extract

| 41 →

Fusionner pour activer ?

Les représentations à l’œuvre dans la création de Pôle Emploi

Jean-Marie PILLON et Claire VIVÉS

Centre d’Études de l’Emploi – Noisy-le-Grand IDHES

Jusqu’en 2009, l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), opérateur public, avait la responsabilité du placement des chômeurs alors qu’une institution paritaire – composée de l’UNEDIC (institution centrale) et des ASSEDIC (institutions locales) – fournissait un revenu de remplacement à certains d’entre eux. Si l’indemnisation était sa mission première, l’UNEDIC intervenait depuis le début des années 2000 de manière accrue sur le retour à l’emploi à travers différentes mesures : aides à la mobilité, financement de formation (Lefresne et Tuchszirer, 2005), aide aux employeurs, externalisation du placement à des opérateurs privés (Vivés, 2013). L’ANPE accompagnait les demandeurs d’emploi et intervenait sur le marché du travail via le monopole dont elle disposait jusqu’en 2005 sur l’activité de placement, avant son abrogation inscrite dans le plan de cohésion sociale lancé par Jean-Louis Borloo. Avec le développement dans les années 1990 des politiques dites « d’activation », les missions de ces institutions sont perçues – par les observateurs de la politique de l’emploi – comme étant de plus en plus complémentaires. L’activation pourrait être définie comme un programme de gouvernement du chômage dans le cadre duquel les revenus issus de l’absence d’emploi, qu’ils proviennent de l’assurance ou de l’assistance, sont utilisés comme des incitations à la recherche d’emploi, par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.