Show Less
Restricted access

Concurrences régionales dans un monde multipolaire émergent

Series:

Edited By Sebastian Santander

Cet ouvrage se penche sur le regain d’importance qu’ont pris les organisations régionales dans les relations internationales de l’après-guerre froide marquées, notamment, par l’accélération de la globalisation et de la diffusion du pouvoir mondial. L’ouvrage s’intéresse au rapport des régions à la transformation en cours des équilibres mondiaux et partant au sens qu’elles insufflent à l’ordre international actuel.
Chaque projet régional est porteur à l’extérieur de normes et règles qui lui sont propres, ce qui n’est pas sans produire une concurrence entre groupements. Cette rivalité entre blocs régionaux existe tant au niveau de chaque continent qu’à l’échelle planétaire. Bien que cette concurrence est loin de constituer un phénomène nouveau, elle a pris de l’ampleur avec, notamment, la prolifération de toute une série de méga-blocs régionaux, d’associations transrégionales ou de coopération interrégionale (TTIP, TTP, « une ceinture, une route », Union eurasienne, RCEP, partenariat UE/CELAC, Asem), dont l’objectif premier est de façonner l’ordre mondial en fonction des attentes des acteurs qui les composent.
Il est donc question d’étudier la place et le(s) rôle(s) des groupes régionaux, interrégionaux et transrégionaux émergents dans l’ordonnancement des relations internationales à l’heure de la multipolarisation progressive des affaires mondiales et de la crise de la gouvernance mondiale.
Show Summary Details
Restricted access

Biographies des auteurs

Extract



Japhet A. Anafak est professeur au département d’Histoire de l’Université de Yaoundé I (UY1) où il enseigne « Groupements régionaux en Afrique » et chercheur à l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles. Titulaire d’un doctorat en Histoire des relations internationales de l’UYI et d’un doctorat en histoire de l’Université libre de Bruxelles, il prépare, à Paris Sorbonne, une Habilitation à diriger les recherches sur les questions d’histoire des relations internationales, notamment les relations Europe-Afrique, les crises et conflits en Afrique, l’immigration, les questions de coopération militaire, sanitaire et la justice internationale. Il a été chercheur invité à l’Observatoire pour la démocratie et les institutions politiques de l’Université de Québec à Montréal. Sa publication la plus significative est l’ouvrage intitulé La Belgique et l’Afrique centrale, diversification ou néocolonialisme (EUE, Saarbrucken, 2010, 488 p.). Il est professeur visiteur à l’Université de Lubumbashi (RDC) où il enseigne les théories de la coopération internationale aux étudiants de DEA. Il est également expert et agent de la Commission universitaire pour le développement du gouvernement belge.

Nina Bachkatov est collaboratrice scientifique Center for Interna­tional Relations Studies (CEFIR) et chargée de cours adjoint au département de Science politique de l’Université de Liège (ULg). Elle y enseigne « Geopolitics of Russia and Eurasia » et « Non state actors of foreign policy : generalisation on the basis of the Post-Soviet case ». Elle est docteur en Science politique de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Elle est également professeure...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.