Show Less
Restricted access

Banque et société, XIXe–XXIe siècle

Identités croisées – Hommage à Pierre de Longuemar

Edited By Florence Descamps, Roger Nougaret and Laure Quennouëlle-Corre

Après une carrière de banquier, Pierre de Longuemar a consacré vingt-cinq ans à l’histoire des banques et à la sauvegarde des archives bancaires, notamment au sein de la banque Paribas, puis du Groupe BNP Paribas. Cet ouvrage rassemble vingt contributions d’amis, de banquiers et d’historiens qu’il a croisés dans cette seconde existence au service du patrimoine et de l’histoire.
Les sujets traités couvrent nombre des intérêts historiques de Pierre de Longuemar et entrent en résonance avec tel ou tel épisode de sa biographie ou de ses activités scientifiques. Trois parties ont été distinguées : l’analyse et la compréhension du système financier international contemporain par des acteurs et des observateurs de premier plan ; des contributions d’histoire économique et bancaire ; des articles d’histoire sociale ou d’entreprise.
Show Summary Details
Restricted access

Liaisons laborieuses : les relations économiques France-États-Unis depuis 1945

Extract

← 88 | 89 →

Liaisons laborieuses : les relations économiquesFrance-États-Unis depuis 1945

Samir SAUL

Les rapports franco-américains sont tellement calés dans les thématiques politiques et culturelles que l’on tend à perdre de vue les liens matériels tissés entre les deux pays. Renforçant cet état de fait, la prégnance des dialectiques de la convergence/divergence et de la similitude/différence pour les mentalités et les comportements de l’autre ne prédispose pas à se concentrer sur les interactions économiques.

Il est vrai que les échanges commerciaux et les investissements bilaté­raux sont relativement faibles pour la France et pour les États-Unis. Pourtant ils ne sont pas négligeables entre ces deux économies diversifiées, de longue date impliquées dans le secteur industriel, mais également chefs de file dans les domaines agro-alimentaire et tertiaire. Si la France est l’un des points d’entrée en Europe pour les fabricants américains, les États-Unis constituent un marché de référence et un banc d’essai – redoutable par sa taille (« barrière à l’entrée ») et la réactivité de la concurrence – pour les firmes étrangères désireuses d’affronter le grand large. On sait combien est difficile et aléatoire l’implantation des sociétés françaises aux États-Unis.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.