Show Less
Restricted access

L’élection présidentielle de 1969

Series:

Edited By Frédéric Fogacci, Cédric Francille and Gilles Le Béguec

On réduit fréquemment l’élection présidentielle de 1969 à son origine, la victoire du « non » au référendum du 27 avril 1969, et à une question simple : les institutions de la Ve République peuvent-elles survivre à leur fondateur, le général de Gaulle ? Cela conduit sans doute à sous-estimer le moment de reconfiguration politique que constituent ces élections, ainsi que la part des enjeux sociaux et économiques issus de la crise de Mai 1968 qui animent le dense débat politique de cette soudaine et brève campagne. À travers une étude de la campagne électorale, du regard et de l’investissement de toutes les familles politiques, mais aussi de l’implication des différents acteurs sociaux, cet ouvrage a pour ambition d’apporter un regard novateur sur un moment politique à l’importance souvent sous-estimée, et de revoir l’élection de Georges Pompidou comme l’amorce d’un processus de recomposition politique.
Mêlant contributions scientifiques et témoignages des acteurs et proches collaborateurs de Georges Pompidou (Jean Charbonnel, Robert Poujade et Jean-Pierre Soisson), ce livre résulte d’un colloque tenu les 31 mai et 1er juin 2013 à la Maison de la recherche de l'Université Paris-Sorbonne et organisé par l’Institut Georges Pompidou sur la proposition de Frédéric Fogacci.
Show Summary Details
Restricted access

Les Comités de soutien

Extract



Gilles LE BÉGUEC

La mise en place d’un comité de soutien prend rang parmi les figures imposées d’une campagne électorale à caractère personnalisé, tout spécialement d’une campagne présidentielle1. Mais la place d’une telle structure, par définition éphémère, dans le dispositif d’ensemble n’est jamais allé de soi. L’une des raisons de l’incertitude, et de l’impression de flou qui en est la conséquence, tient aux multiples difficultés liées tant à la constitution qu’au degré d’implication effective d’une organisation de ce type. Le bénéfice escompté par le candidat et son équipe se mesure en effet à l’aune de l’engagement de personnalités extérieures – extérieures à la famille politique dont le candidat est issu ou extérieures à la sphère politique stricto sensu, ce qui pose le double problème du manque de savoir-faire concret d’un certain nombre de « supporters » plus ou moins improvisés et, plus subtilement, de la prudence de notables, d’élus locaux en particulier, peu désireux d’aller au-delà d’une adhésion purement formelle. Parallèlement, l’exercice consistant à « ratisser » large oblige à des arbitrages délicats permettant de ménager les susceptibilités des uns et des autres et de donner à chacune des formations ralliées à la bannière du candidat la reconnaissance et la place auxquelles ses dirigeants estiment avoir droit, au niveau national et sans doute davantage encore à l’échelon ← 91 | 92 → local ou départemental2. Autrement dit, rien ne prédispose en th...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.