Show Less
Restricted access

Le Canada : un pays divers

La diversité culturelle au Canada vue par Jean-Michel Lacroix

Series:

Edited By Hélène Harter and Serge Jaumain

À l’heure où les Européens s’interrogent sur les réponses à apporter à l’intensification des flux migratoires, le Canada où la gestion de l’immigration et de la diversité culturelle occupe une place centrale dans la vie intellectuelle et politique depuis les années 1960 attire l’attention de nombreux observateurs.
Saisir la complexité et la richesse de ces débats, nécessite une étude fine de l’évolution de la société canadienne. Qui de mieux que Jean-Michel Lacroix pouvait livrer cette analyse ?
Ce « canadianiste » internationalement reconnu, pionnier des études canadiennes tant en France qu’au niveau international a publié pendant une trentaine d’année des textes de référence sur les questions d’immigration et de multiculturalisme. Hélène Harter et Serge Jaumain ont choisi de réunir ici une sélection de ses articles qui restent d’une étonnante actualité et permettent de suivre l’évolution d’une pensée originale bien loin des clichés et autres idées reçues sur la réalité canadienne.
Show Summary Details
Restricted access

La guerre du Vietnam et les « draft dodgers » (1992)

Extract

La guerre du Vietnam et les « draft-dodgers » (1992)1

Malgré quelques variations de détail, toutes les sources s’accordent généralement pour évaluer l’importance de la présence militaire des États-Unis au Vietnam aussi bien en hommes2 qu’en matériel ainsi que le coût de la guerre pour le budget de la nation américaine et en pertes humaines3.

Le bilan d’une décennie de guerre est lourd et il a certainement contribué à accroître le sentiment d’inutilité et de futilité d’une partie grandissante de l’opinion américaine, de plus en plus hostile à un engagement dans le Sud-Est asiatique considéré comme « immoral » et non justifié. On sait que le conflit du Vietnam a eu pour effet de briser le consensus national et de diviser l’Amérique selon des paramètres tels que les classes sociales, les groupes ethniques ou les appartenances religieuses. La guerre a bien consacré l’inégalité des chances en touchant de façon discriminatoire les différentes classes sociales ou les différentes composantes ethniques de la société. L’effort a surtout été supporté par les enfants des cols bleus et des classes moyennes et les plus exposés ont bien été les Noirs (ces derniers représentant 11 % de la population totale mais ayant fourni 31 % des soldats engagés dans les unités combattantes).

Il a semblé intéressant de compléter ce tableau par une analyse de la signification réelle du ph...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.