Show Less
Restricted access

Danse et spectacle vivant

Réflexion critique sur la construction des savoirs

Series:

Elodie Verlinden

Les pratiques contemporaines, exogènes et plus anciennes rendent les définitions de la danse labiles. Cet ouvrage a pour objectif premier de relire les discours scientifiques sur la danse à travers quelques démarches considérées comme illustratives d’une discipline : les modes de représentation de Foster ; les formes de (re)présentation de Hanna ; le lecteur modèle d’Eco ; les questionnaires de Pavis, d’Helbo et d’Ubersfeld ; la souspartition et la pré-expressivité de Barba ; le Rasaesthetics de Schechner ; l’orchésalité de Bernard, etc.
Ce parcours a pour vocation seconde d’interroger les modes de construction de l’objet danse au sein des études en arts du spectacle vivant en attirant l’attention sur des paramètres généralement masqués par des approches globalisantes ou non adaptées, tels que l’énergie, l’intention, la pulsion auto-affective, les champs sensoriels, les techniques extra-quotidiennes.
L’approche défamiliarisante aborde des modélisations en perspective par rapport à leur objet, et conduit non seulement à saisir de manière critique les regards sur la danse mais à élaborer un modèle propre qui pose la question de l’identité et des processus énonciatifs de la danse au sein du paradigme des arts du spectacle vivant.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 9

Extract



Présence et état de danse

1.   Introduction

Si les mouvements (associés aux attributs de compréhension déjà identifiés)1 ne sont ni décoratifs, ni étonnants par leur virtuosité particulière, pour qu’ils relèvent de la danse, ils devraient être l’exécution visible d’une sous-partition souterraine propre à la danse (partition dont les spécificités sont encore à déterminer), ce qui les rendrait alors « extraordinaires ». Cet élément permettrait de différencier la marche d’Yvonne Rainer sur scène de celle du comédien naturaliste ou de l’homme de la rue.

L’état de danse serait donc identifiable par une intention (reprise dans la sous-partition) différente. Mais rappelons que cette identification ne serait alors possible que pour des danseurs dont le patrimoine moteur commun permet de susciter l’activation des neurones miroirs et repérer cet état de danse dans la marche « apparemment » quotidienne d’Yvonne Rainer.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.