Show Less
Restricted access

DéterminationS

Series:

Edited By Antoine Gautier, Eva Havu and Dan Van Raemdonck

Attestée, de manière métalinguistique ou non, dès le XV e siècle, par le biais également des termes déterminer, déterminé et indéterminé, la notion de détermination est employée tantôt dans la définition de l’adverbe, tantôt dans l’analyse du temps verbal, pour distinguer passé simple et passé composé, tantôt encore pour décrire des relations de dépendance morphologique, tantôt enfin dans le cadre de la sémantique nominale et référentielle.
En grammaire, où se croisent acceptions héréditaires et empruntées, la notion renvoie à une opération de spécification dont les agents sont les déterminants. La tradition chaotique du terme les verse tantôt parmi les classes de mots (adjectifs déterminatifs, non qualificatifs, pour la grammaire scolaire, puis déterminants depuis Wagner et Pinchon (1962), à partir du determiner de Bloomfield (1933)), tantôt parmi les fonctions, tantôt un peu dans les deux. Les différentes théories redessinent les territoires et font voyager les items au gré de la place qui leur est réservée dans leur système.
Les contributions de ce volume visent à approcher et à éclairer davantage, parfois d’une lumière nouvelle, la notion de détermination, qui est encore loin d’être parfaitement circonscrite.
Show Summary Details
Restricted access

Individuation référentielle de la construction infinitive V-TESSA en finnois : Entre détermination nominale et complémentation verbale

Extract

| 163 →

Individuation référentielle de la construction infinitive V-TESSA en finnois

Entre détermination nominale et complémentation verbale1

Outi DUVALLON

INALCO/USPC, CNRS UMR8202 IRD UMR135, SeDyL

1. Introduction

Cet article abordera la question de la détermination en examinant une construction finnoise qui peut être considérée comme un converbe (Herlin et Kotilainen 2005 : 259) : il s’agit d’une forme verbale non finie qui permet de construire une subordination de type adverbial (Haspelmath 1995 ; Creissels 2006 : 227). Un premier exemple en est donné en (1a) où l’infinitif (mis en gras) exprime un procès qui sert de repère au procès exprimé par le verbe principal. Le rapport entre les deux procès est celui de coïncidence temporelle :

Les grammaires du finnois nomment cette construction infinitive qui est identifiable par la marque TESSA construction temporelle2 (fi. temporaalirakenne) et la présentent en règle générale comme un ← 163 | 164 → équivalent synthétique d’une subordonnée temporelle telle qu’illustrée en (1b) (Setälä 1891 ; Vilkuna 1996 : 309 ; ISK 2004 : § 543)3.

En finnois standard, la construction temporelle en TESSA se caractérise par un degré de phrasticité élevé (Hakulinen et Karlsson 1979 : 337-338; Fernandez-Vest 2008). En (1a), l’infinitif est accompagné d’un complément d’objet, sitä « la », et d’un modifieur adverbial, tarkemmin « de plus près », comme le verbe fini en (1b). Quant à l’argument sujet de la base verbale,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.