Show Less
Restricted access

Rollon : de l’histoire à la fiction

État des sources et essai biographique

Liliane Irlenbusch-Reynard

Lorsque Rollon et sa bande s’établissent en basse Seine, depuis plus d’un siècle déjà, l’Occident chrétien est victime des raids vikings. Après les régions côtières, les bassins fluviaux sont la proie des pillards. Dans un premier temps, l’Empire carolingien résiste efficacement, mais à partir des années 840, affaibli par les conflits internes, la défense vacille. Les Vikings remontent les fleuves et leurs affluents, et pillent cités et monastères. Puis ils prélèvent des tributs et finalement certains décident de s’établir, sollicitant alors une reconnaissance officielle de la part du prince souverain du pays. Ainsi, en 911 à Saint-Clair-sur Epte, Rollon obtient de Charles le Simple Rouen et sa région. Ce sera la seule principauté viking qui ne connaîtra pas un destin éphémère. Pourtant, de ce chef scandinave fondateur de la Normandie et de son parcours, on ne sait finalement que peu de chose avec certitude. Était-il danois ou norvégien ? Cette question suscita la polémique. Aussi cette étude s’attache-t-elle en premier lieu à donner au lecteur accès aux sources, à savoir aux sagas, chroniques et autres écrits de l’Occident chrétien, qui gardent mémoire du chef viking. Au fil de l’exposé, on découvre les spécificités des différentes traditions historiographiques et des contextes géo-politiques et culturels d’où proviennent ces témoignages ; on découvre également comment les informations circulaient, traçant les contours d’une Europe allant de l’Islande à la Sicile. Et finalement, c’est un scénario qui s’affirme, celui du parcours de Rollon, au plus près de l’histoire.
Show Summary Details
Restricted access

3 La matière scandinave

Extract



Au sein de la matière scandinave, pour ce qui des sources qui nous parlent de Rollon, deux branches se distinguent à savoir la tradition norvégo-islandaise et la tradition danoise. La première s’affirme par son caractère indépendant et sa sobriété convaincante.

C’est au premier chef une tradition en langue norroise. Au cœur de celle-ci, six œuvres à caractère historique : Landnámabók, Orkneyinga saga, Fagrskinna, Óláfs saga helga hin sérstaka, Heimskringla et Knýtlinga saga1. Quoique ces textes aient été rédigés au cours des XIIe et XIIIe siècles, soit de deux à trois siècles après les événements qui nous intéressent, ce sont des sources à ne pas négliger en ce qu’elles témoignent d’une tradition orale encore vivante à l’époque de leur rédaction. Cela dit, comme nous le verrons par la suite, leur valeur historique a été et reste l’objet de débat. Manifestement, la prudence est de mise même si cette tradition peut être qualifiée de solide et son témoignage de sérieux.

Dans ces textes, les passages concernant le fondateur de la Normandie sont des documents de cinq à vingt-cinq lignes environ, ils sont au nombre de huit et nous livrent en particulier des informations sur son origine et ses jeunes années. Cette matière est donc un témoignage incontournable pour qui souhaite tenter de retracer le parcours du chef viking Rollon, toujours et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.