Show Less
Restricted access

La réconciliation franco-allemande par la jeunesse

La généalogie, l’événement, l’histoire (1871–2015)

Series:

Mathias Delori

Les guerres prennent souvent naissance dans les représentations mutuelles, les sentiments de haine réciproque et le désir de revanche des populations. Les jeunes se trouvent souvent en première ligne dans ce mécanisme. Au cours de la Première guerre mondiale, par exemple, les jeunes Européens se sont mutuellement entretués au rythme de 1000 personnes par jour. Conscients de ce phénomène, des pacifistes et des antimilitaristes ont proposé, dès le tournant des XIX e et XX e siècle, de faire de la jeunesse l’objet de leur propagande pour la paix. Leurs propositions ont rarement franchi le rubicond de la sphère politique. Il existe cependant au moins une exception : en 1963, les gouvernements français et ouest-allemand ont mis en place une politique ambitieuse de réconciliation centrée sur les échanges de jeunes. La plupart des auteurs qui se sont intéressés à cette politique publique ont adopté une perspective hagiographique. Cet ouvrage propose au contraire de normaliser cet objet d’étude en s’appuyant sur la méthode généalogique développée par Michel Foucault. Le livre étudie la genèse (de 1871 à 1963), la mise en œuvre (de 1963 à 1973) et la révision (depuis 1973) de cette politique de réconciliation par la jeunesse. Il s’adresse autant aux personnes intéressées par cet aspect particulier du rapprochement franco-allemand qu’à celles qui veulent comprendre, d’une manière plus générale, l’intérêt et les limites des politiques de socialisation à la cause de la paix.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6. Sensibiliser les jeunes à la cause de l’Europe ? (1950-1954)

Extract

← 100 | 101 →CHAPITRE 6

Sensibiliser les jeunes à la cause de l’Europe ? (1950-1954)

Les années 1949-1950 constituèrent un tournant dans les relations entre la France et l’Allemagne. Le contexte de la Guerre froide et la pression américaine obligèrent le gouvernement français à accepter la création d’un État ouest-allemand sur les territoires correspondant aux trois zones d’occupation occidentales. La République Fédérale d’Allemagne fut officiellement créée le 9 mai 1949. En réaction, l’URSS transforma sa zone d’occupation en République Démocratique Allemande le 7 octobre. À l’instar de l’ensemble du camp occidental, la France refusa de reconnaître cette deuxième Allemagne. Ce schisme politique ouvrit la voie au rapprochement entre la France et la RFA.

Ce processus prit forme dans le contexte de la construction européenne et de la constitution de l’Alliance atlantique. En effet, la proposition Schuman du 9 mai 1950 de communautariser à l’échelle européenne la production de charbon et d’acier mit un terme au différend sur la Ruhr. De même, l’adhésion en 1955 de la RFA à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord apparut comme une solution au problème du réarmement allemand après l’échec du projet de Communauté Européenne de Défense (1950-1954). Enfin, la perspective de l’adhésion de la RFA aux futures Communautés Économiques Européennes permit l’abolition du dernier statut d’occupation et le règlement du contentieux sur la Sarre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.