Show Less
Restricted access

Histoire des postes françaises

Jusqu’en 1939

Series:

Eugène Vaillé

Edited By Comité pour l'Histoire de la Poste

Eugène Vaillé (1875–1959) fut le premier conservateur du Musée de la Poste de Paris entre 1946 et 1955. Entré dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones en 1899, docteur en droit en 1902, il fut bibliothécaire du ministère des PTT jusqu’en 1935. Au cours de cette période, il enrichit les collections postales, rassemblant archives et documentation à partir desquelles il a développé une connaissance longtemps restée unique sur les Postes depuis leurs origines. Ses plus célèbres publications, comme son Histoire générale des Postes en sept volumes (1947–1955), ses trois précis de la collection « Que Sais-Je » aux Presses Universitaires de France, dont l’ Histoire du timbre-poste (1947) et les deux opus réédités ici, ou enfin son impressionnant volume sur Le cabinet noir (1950), furent saluées en leur temps, aussi bien par les historiens des Annales que par le grand public.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VIII. L’organisation et le fonctionnement de la Ferme des Postes au XVIIIe siècle

Extract

← 74 | 75 →CHAPITRE VIII

L’organisation et le fonctionnement de la Ferme des Postes au XVIII e siècle

Du moins, en abandonnant le service qu’il avait créé de toutes pièces, le groupe Rouillé-Pajot pouvait-il se glorifier de l’avoir porté à un tel point de perfection qu’il laissait à ses successeurs une machine en parfait état de marche et une exploitation en plein rapport.

Voici les grandes lignes de cette organisation.

La Ferme Générale tout d’abord. Installée à Paris, rue des Déchargeurs, elle était administrée par un Conseil de vingt membres, tous parents ou alliés, soit dix représentants de chacune des deux branches de la famille, les fonctions étant équitablement réparties entre elles. A la tête du Conseil, figuraient les deux Intendants créés à la Surintendance des Postes, les chefs de famille, l’un Pajot d’Onzembray ayant la haute direction de l’entreprise, l’autre Rouillé de Roissy, Conseiller honoraire du Parlement de Paris, opérant au nom de son frère ainé, Louis Antoine de Rouillé, comte de Jouy, lequel s’employait à des fonctions plus décoratives et devait devenir, sous Louis XV, Ministre de la Marine puis des Affaires étrangères et plus tard Surintendant Général des Postes. Venaient ensuite les deux Contrôleurs Généraux Rouillé de Fontaine qui n’exerçait pas en fait les fonctions, et Pajot de Villiers, frère de Pajot d’Onzembray ; ces quatre désignations montrent l’agréable confusion...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.