Show Less
Restricted access

Histoire des postes françaises

Jusqu’en 1939

Series:

Eugène Vaillé and Comité pour l'Histoire de la Poste

Eugène Vaillé (1875–1959) fut le premier conservateur du Musée de la Poste de Paris entre 1946 et 1955. Entré dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones en 1899, docteur en droit en 1902, il fut bibliothécaire du ministère des PTT jusqu’en 1935. Au cours de cette période, il enrichit les collections postales, rassemblant archives et documentation à partir desquelles il a développé une connaissance longtemps restée unique sur les Postes depuis leurs origines. Ses plus célèbres publications, comme son Histoire générale des Postes en sept volumes (1947–1955), ses trois précis de la collection « Que Sais-Je » aux Presses Universitaires de France, dont l’Histoire du timbre-poste (1947) et les deux opus réédités ici, ou enfin son impressionnant volume sur Le cabinet noir (1950), furent saluées en leur temps, aussi bien par les historiens des Annales que par le grand public.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre X. La Poste de 1770 à 1789

Extract

← 86 | 87 →CHAPITRE X

La Poste de 1770 à 1789

Après la disgrâce de Choiseul, sans que le statut général de l’Administration ait subi d’autre modification que la suppression de la Surintendance, de nouvelles pratiques se firent jour, préparées dans l’esprit de Jannel par les mesures que le pouvoir royal avait prises en sa faveur. Ce ne fut pas lui qui en fut le bénéficiaire, mais son neveu Rigoley d’Ogny, d’abord son adjoint puis son successeur en 1768. Désormais, c’est un Intendant Général qui règle la marche de l’administration, prend la direction de toute l’entreprise et en suit le développement. Son autorité ne subit qu’une éclipse de quelques mois quand Turgot fut chargé de la Surintendance, rétablie en sa faveur, et qu’il prit sans appointements, dit-on, pour mettre à exécution la grande réforme qu’il avait projetée. Retirant à la Ferme des Postes les messageries, décidant le retour au domaine de toutes celles exploitées en dehors d’elle, ainsi que de toutes les concessions faites par le Roi en matière de transport par carrosses, voitures et coches d’eau, Turgot constitua une administration générale des diligences, carrosses et messageries dont il voulut en même temps favoriser l’extension pour s’assurer de la faveur du public, il substitua des diligences légères aux lourds moyens de locomotion alors en usage. Grande et audacieuse entreprise réalisant une des ambitions du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.