Show Less
Restricted access

Histoire des postes françaises

Jusqu’en 1939

Series:

Eugène Vaillé

Edited By Comité pour l'Histoire de la Poste

Eugène Vaillé (1875–1959) fut le premier conservateur du Musée de la Poste de Paris entre 1946 et 1955. Entré dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones en 1899, docteur en droit en 1902, il fut bibliothécaire du ministère des PTT jusqu’en 1935. Au cours de cette période, il enrichit les collections postales, rassemblant archives et documentation à partir desquelles il a développé une connaissance longtemps restée unique sur les Postes depuis leurs origines. Ses plus célèbres publications, comme son Histoire générale des Postes en sept volumes (1947–1955), ses trois précis de la collection « Que Sais-Je » aux Presses Universitaires de France, dont l’ Histoire du timbre-poste (1947) et les deux opus réédités ici, ou enfin son impressionnant volume sur Le cabinet noir (1950), furent saluées en leur temps, aussi bien par les historiens des Annales que par le grand public.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



L’évolution de la Poste depuis ses origines jusqu’en 1789, dont nous avons esquissé les diverses étapes, est caractérisée par le constant progrès de l’institution, conditionné par l’extension des relations épistolaires, qui se sont peu à peu étendues à toutes les formes de l’activité humaine.

Le volume en était extrêmement restreint au Moyen Âge, non seulement parce que le nombre de gens capables d’écrire, clercs ou laïcs, était relativement réduit, mais aussi parce que disposer d’un messager n’était pas à la portée de quiconque. On n’écrivait que par nécessité, et la plus impérieuse venait des obligations de l’Etat. La lettre d’ordre politique, qu’elle émanât d’un gouvernement, royal ou princier, ou qu’elle lui fût destinée, constitua pendant longtemps et de beaucoup la plus grosse part de la correspondance. Le besoin des transactions y ajouta la lettre commerciale ou d’intérêt privé, mais tellement limitée aux affaires, comme l’a remarqué M. Lucien Febvre, que, même échangée entre mari et femme, elle était dépourvue de tout caractère familial. A cette première contribution, chaque époque devait ajouter des raisons nouvelles d’écrire, comme la boule de neige qui s’augmente d’apports nouveaux à mesure qu’elle roule sur le sol. Le domaine postal est allé sans cesse croissant, non seulement par suite de l’augmentation de la masse « écrivante », mais aussi pour satisfaire à des besoins nouveaux qui se sont fait jour avec le progrès...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.