Show Less
Restricted access

Histoire des postes françaises

Jusqu’en 1939

Series:

Eugène Vaillé and Comité pour l'Histoire de la Poste

Eugène Vaillé (1875–1959) fut le premier conservateur du Musée de la Poste de Paris entre 1946 et 1955. Entré dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones en 1899, docteur en droit en 1902, il fut bibliothécaire du ministère des PTT jusqu’en 1935. Au cours de cette période, il enrichit les collections postales, rassemblant archives et documentation à partir desquelles il a développé une connaissance longtemps restée unique sur les Postes depuis leurs origines. Ses plus célèbres publications, comme son Histoire générale des Postes en sept volumes (1947–1955), ses trois précis de la collection « Que Sais-Je » aux Presses Universitaires de France, dont l’Histoire du timbre-poste (1947) et les deux opus réédités ici, ou enfin son impressionnant volume sur Le cabinet noir (1950), furent saluées en leur temps, aussi bien par les historiens des Annales que par le grand public.
Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

Extract



L’édifice postal, tel qu’il existe aujourd’hui, est l’aboutissement du travail lent et persévérant de multiples générations. Chaque régime y a apporté sa pierre et le titre des chapitres qui vont suivre indique l’élément essentiel, dans ce domaine, de l’activité constructive de chacun d’eux.

Nous avons vu la Monarchie absolue à l’origine de l’institution en bâtir les fondations et conquérir péniblement le monopole du transport de la correspondance. Elle institua aussi, sans en accaparer le privilège, le service des articles d’argent, le plus ancien des services accessoires de la poste.

Nous allons maintenant assister au développement de l’institution.

A la période révolutionnaire est due l’exploitation directe de l’entreprise de l’Etat à laquelle, après un court retour en arrière, le Consulat devait donner son statut définitif, tandis que l’Empire en promenait la formule dans presque toute l’Europe. La fin de l’isolement rural est l’œuvre de la Restauration qui relia par piéton à la communauté nationale, de façon permanente et quotidienne, les coins les plus lointains et les plus déshérités du territoire. La Monarchie de Juillet, par l’utilisation des transports à vapeur récemment mis en pratique, activa la lutte, poursuivie depuis, de la vitesse contre le temps, cependant que la République de 1848, par la taxe unique et le timbre-poste, simplifiait les échanges à tel point qu’elle mettait la poste en mesure de remplir...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.