Show Less
Restricted access

Histoire des postes françaises

Jusqu’en 1939

Series:

Eugène Vaillé and Comité pour l'Histoire de la Poste

Eugène Vaillé (1875–1959) fut le premier conservateur du Musée de la Poste de Paris entre 1946 et 1955. Entré dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones en 1899, docteur en droit en 1902, il fut bibliothécaire du ministère des PTT jusqu’en 1935. Au cours de cette période, il enrichit les collections postales, rassemblant archives et documentation à partir desquelles il a développé une connaissance longtemps restée unique sur les Postes depuis leurs origines. Ses plus célèbres publications, comme son Histoire générale des Postes en sept volumes (1947–1955), ses trois précis de la collection « Que Sais-Je » aux Presses Universitaires de France, dont l’Histoire du timbre-poste (1947) et les deux opus réédités ici, ou enfin son impressionnant volume sur Le cabinet noir (1950), furent saluées en leur temps, aussi bien par les historiens des Annales que par le grand public.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre V. La Poste pendant la IIe République et la création du timbre

Extract

← 148 | 149 →CHAPITRE V

La Poste pendant la IIe République et la création du timbre

La prise de possession de la Direction des Postes par Etienne Arago ressemble fort à celle de Lavalette lorsque Napoléon revint de l’Ile d’Elbe. Tandis qu’un gouvernement provisoire se nommait lui-même à l’Hôtel de Ville le 24 février 1848, Etienne Arago, haranguant un groupe de manifestants réunis au journal La Réforme leur signalait l’intérêt majeur qu’il y avait pour l’insurrection si elle voulait avoir pour elle la province de se saisir de la Direction Générale des Postes. Il était aussitôt chargé de cette mission. « Si je ne sais point comment est construite une boîte aux lettres, avouait-il, je sais que le dévouement et l’activité ne me feront pas défaut » ; et le voilà parti sans autre mandat à l’Hôtel des Postes où il s’agissait d’installer la Révolution. A en croire ce qu’il raconte, d’après la relation d’un journal du temps, il faisait aussitôt connaître à M. Dejean qu’il était destitué au nom de la République et il lui annonçait qu’il avait accepté lui-même du gouvernement, la direction générale des Postes à titre provisoire « dans le seul but de ne pas voir un service public interrompu » disposé qu’il était à donner sa démission « quand tout danger public aura cessé ou à rester à ce poste de confiance si sa confirmation est jugée n...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.