Show Less
Restricted access

Pour une sociologie des inégalités environnementales

Series:

Valérie Deldrève

Qu’est-ce qu’une inégalité environnementale ? En quoi constitue-t-elle un objet sociologique ? Comment l’étudier au regard de sa diversité et de sa complexité ? Pour répondre à de telles questions, l’auteure nous invite à entrer dans de grands débats scientifiques et de société sur la compatibilité entre protection de l’environnement et lutte contre les inégalités socio-économiques ou culturelles, justice environnementale et justice sociale. Confrontant différents grands courants de pensée dans le champ de l’environnement et théories en sciences sociales, elle propose un cadre d’analyse des inégalités environnementales, qu’elle teste à l’aune de ses propres recherches. Celles-ci, menées sur des terrains littoraux français, traitent de problématiques relatives à la protection de sites naturels ou de gestion des ressources halieutiques, qui toutes soulèvent des enjeux conjoints d’accès et de participation.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5: Penser la participation comme enjeu de justice

Extract

← 164 | 165 →

CHAPITRE 5

Penser la participation comme enjeu de justice

Les inégalités environnementales procèdent d’inégalités de partici­pation. Cette étroite relation est inscrite dans la définition même des inégalités environnementales, qui couvrent l’inégale capacité de chacun à défendre son environnement, la vision et les usages qu’il en a. Poser la participation comme enjeu premier de justice pour définir les dernières bases de notre cadre d’analyse des inégalités environnementales souscrit à la conception de N. Fraser de la justice sociale, à sa théorie selon laquelle les inégalités de distribution et de reconnaissance convergent pour entraver la parité de participation. Dans un article relatif aux effets de la globalisation, elle ajoute à la maldistribution et au déni de reconnaissance une troisième forme d’injustice, politique par essence et le plus souvent entremêlée aux précédentes, bien que pouvant se produire en leur absence : la « misreprésentation ». Inhérente à la définition des règles de décision, cette injustice revêt deux formes. La première « ordinaire » survient lorsque des populations se voient dénier la possibilité de participer en tant que pair aux décisions qui les concernent, bien qu’elles soient reconnues comme membres de la « communauté politique ». La seconde, plus méconnue et plus profonde, relève d’un effet de mauvais cadrage ou « misframing » qui exclut de cette communauté de décision des populations qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.