Show Less
Restricted access

Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle »

Series:

Edited By Eric Bussière, Olivier Dard and Geneviève Duchenne

Francis Delaisi (1873–1947) n’a jamais fait l’objet d’un ouvrage. Pourtant, son nom est régulièrement cité par ses contemporains et des épisodes de sa biographie sont abordés par des historiens aux spécialités très différentes. Il faut y voir le reflet d’un itinéraire éclaté, pour le moins déroutant mais dont ce collectif restitue la part de cohérence. Jeune étudiant dreyfusard, Delaisi s’impose avant 1914 comme une figure marquante du syndicalisme révolutionnaire et se fait remarquer par des essais virulents contre les « maîtres de la France » et les « marchands de canons ». En lutte contre les élites et aux marges du système, Delaisi le pénètre au lendemain du premier conflit mondial en devenant, grâce à un essai remarqué sorti en 1929, Les Deux Europe, un expert en économie reconnu par les institutions françaises et internationales et un défenseur de la cause européenne. En 1936, le Front populaire redonne de la vigueur au polémiste. Il édite alors sous l’égide du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes La Banque de France aux mains des deux cents familles. Mais Delaisi demeure un pacifiste convaincu. La défaite ouvre la dernière phase d’un parcours qui s’achève dans le collaborationnisme. Au final, l’itinéraire de Delaisi se lit comme le produit d’un parcours franco-français mais aussi européen, illustrant un souci écriture d’une nouvelle histoire de l’Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Francis Delaisi, entre La Guerre sociale et la dénonciation des « nouvelles féodalités »

Extract



Benjamin GÉRÔME

Doctorant à l’Université de Paris-Sorbonne

Le 20 octobre 2014 décédait de façon accidentelle Christophe de Margerie, alors président-directeur général du groupe Total. Parmi les réactions du monde politique, journalistique ou économique, il en était une qui – aux yeux de beaucoup – se singularisait. En effet, au milieu des hommages, la réaction de Gérard Filoche, inspecteur du travail et membre du Parti socialiste, se voulait clairement en porte-à-faux. Dès le lendemain du décès, sur le réseau social Twitter, celui-ci faisait paraître une oraison funèbre à charge : « De Margerie est mort. Famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera-t-il moins ? […] Un hommage à l’humain ? Oui ! Au suceur de sang ? Non »1. Apparaît donc ici une thématique déjà ancienne : celle des « nouvelles féodalités ». Sur le plan des discours, malgré le temps qui nous sépare de l’époque à laquelle Francis Delaisi écrivait sur des sujets similaires, on ne peut qu’être frappé par la permanence de certaines formules, par l’homologie de certaines analyses.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.