Show Less
Restricted access

Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle »

Series:

Edited By Eric Bussière, Olivier Dard and Geneviève Duchenne

Francis Delaisi (1873–1947) n’a jamais fait l’objet d’un ouvrage. Pourtant, son nom est régulièrement cité par ses contemporains et des épisodes de sa biographie sont abordés par des historiens aux spécialités très différentes. Il faut y voir le reflet d’un itinéraire éclaté, pour le moins déroutant mais dont ce collectif restitue la part de cohérence. Jeune étudiant dreyfusard, Delaisi s’impose avant 1914 comme une figure marquante du syndicalisme révolutionnaire et se fait remarquer par des essais virulents contre les « maîtres de la France » et les « marchands de canons ». En lutte contre les élites et aux marges du système, Delaisi le pénètre au lendemain du premier conflit mondial en devenant, grâce à un essai remarqué sorti en 1929, Les Deux Europe, un expert en économie reconnu par les institutions françaises et internationales et un défenseur de la cause européenne. En 1936, le Front populaire redonne de la vigueur au polémiste. Il édite alors sous l’égide du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes La Banque de France aux mains des deux cents familles. Mais Delaisi demeure un pacifiste convaincu. La défaite ouvre la dernière phase d’un parcours qui s’achève dans le collaborationnisme. Au final, l’itinéraire de Delaisi se lit comme le produit d’un parcours franco-français mais aussi européen, illustrant un souci écriture d’une nouvelle histoire de l’Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Delaisi et la Banque de France ou l’obsession de l’argent

Extract



Arnaud MANAS

Banque de France – Sorbonne – Paris I

La Banque de France est au cœur des écrits de Delaisi. L’un de ses ouvrages les plus connus est La Banque de France aux mains des 200 familles. Dans ce pamphlet qui fait suite à celui de Georges Michon Les Puissances d’Argent et l’Émeute du 6 Février, la Banque de France incarne l’argent et le « mal absolu ». Toute sa vie durant, Delaisi dénonce inlassablement les « deux cents familles » et les « féodalités financières ». Ce réquisitoire incessant apparaît comme l’un des rares points fixes de la trajectoire de Delaisi qui l’a mené de l’anarcho-syndicalisme au collaborationnisme et du Dreyfusisme à l’antisémitisme. Pour reprendre le style interrogatif qu’il affectionnait, comment Delaisi est-il devenu le grand imprécateur de la Banque de France ? Et pourquoi ?

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.