Show Less
Restricted access

Contextualizing World Literature

Series:

Edited By Jean Bessière and Gerald Gillespie

This book revisits the notion of World Literature and its applications in Comparative Literature. It suggests the notion not as a means to sift out international paradigms for reading literatures, but as a set of guidelines for the construction of interlocking and/or reciprocally illuminating multilingual literary clusters. These ensembles are of very diverse shapes: the world, a region, a country, a language block, a network of cross-cultural «interferences» – while the so-called minor literatures invite to question the use of these ensembles. Within this frame, fourteen essays respond to the basic paradox of World Literature: how may specific methodological and critical outlooks allow expression of the universal? The answers to this question can be arranged in three groups: 1. Recognition of the need to break loose from European or Western critical perspectives; 2. Presentation of macro- and microcosmic dimensions connectedness and its processes; 3. Definitions of the methodological efforts and hermeneutic orientations to be applied.
Show Summary Details
Restricted access

L’effet-monde et le particulier littéraire

Extract



Maria Alzira SEIXO

Université de Lisbonne

Disons-le tout de suite : l’affaiblissement des études littéraires que l’on constate presque partout de nos jours dénonce l’échec culturel des sociétés dites cultivées, dû en premier lieu aux erreurs pratiquées dans tous les degrés de l’Enseignement. Elles se trouvent aggravées, sur le plan de l’information médiatique, par l’absence d’autonomie dans la critique des textes. Celle-ci dépend pour une très large part des maisons d’édition muées en grandes entreprises, qui visent naturellement des buts économiques où le rôle de la culture devient un détail décoratif. Les écrivains sont forcés de s’adapter à ces circonstances s’ils veulent tout de même publier, les enseignants sont prisonniers de politiques ministérielles qui s’inspirent d’un didactisme doctrinaire abstrait, et le journalisme critique guide le peuple à travers les forêts d’ouvrages publiés (car, pour la liberté, de presse et de publication, et de tout, on n’en a jamais vu d’aussi belle, paraît-il), où la littérature elle-même semble sombrer dans un immense marécage. Balzac nous en a parlé il y a près de deux siècles, et il nous semble parfois que nous les avons en effet « perdues », nos « illusions ».

L’Université réfléchit, c’est son rôle. Elle est supposée écarter la médisance, essayant plutôt de bâtir. Et, avant de refuser l’inattendu, le regarder...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.