Show Less
Restricted access

Quand le social vient au sens

Philosophie des sciences historiques et sociales

Series:

Johann Michel

Quand le social vient au sens ouvre un dialogue novateur entre philosophie et sciences sociales et historiques, à la croisée de la tradition socio-phénoménologique héritée de l’œuvre pionnière de Schütz et de la tradition herméneutique de Dilthey à Ricœur. Un même fil conducteur parcourt la trame du livre : seule la « voie longue » de l’herméneutique, en reconnaissant la doublure de l’acte d’interpréter (à la fois comme pratique ordinaire au plan anthropologique et comme activité scientifique au plan épistémologique), peut se coordonner avec les réquisits d’une sociologie phénoménologique du monde-de-la-vie. L’ouvrage offre, sous ce cadre, toute une palette de réflexions qui concernent aussi bien l’épistémologie de l’histoire que la sociologie des institutions et l’anthropologie sociale du soi. Dans ce mouvement de va-et-vient entre réflexivité sur les sciences humaines et réflexivité des agents ordinaires sur leurs actions, l’auteur confronte en même temps l’herméneutique avec d’autres auteurs (Weber, Goffman, Foucault, Boltanski, Strawson, etc.) et autant de traditions correspondantes (positivisme, sociologies pragmatistes et pragmatiques, philosophie analytique).
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3. Ontologie historique

← 56 | 57 →CHAPITRE 3

Extract

Paul Ricœur se confronte rarement à des questions d’ontologie fondamentale, au sens d’une réflexion sur l’être en tant qu’être, à l’exception notoire de la dernière étude, largement exploratoire, de Soi-même comme autre. Au cours de cette étude, son ontologie fondamentale témoigne d’une inspiration fortement spinoziste – appelée à dépasser les apories de la métaphysique d’Aristote – lorsqu’il redéfinit le Conatus comme un « fonds d’être à la fois effectif et puissant ». Hormis cette incursion, on ne trouve pas de traces dans la bibliographie de Paul Ricœur d’un ouvrage d’ontologie qui aurait l’équivalent de l’Éthique de Spinoza, de Être et Temps de Heidegger ou de Différence et répétition de Deleuze.

En lieu et place d’une ontologie systématique et fondamentale, nous avons plutôt affaire à des ontologies régionales, relativement dispersées, qui se concentrent sur le statut de tel ou tel être rencontré au gré de son itinéraire philosophique. Et force est de remarquer que c’est à chaque fois au terme de sa réflexion que Ricœur se risque, avec beaucoup de précautions, à réfléchir sur le fondement de tel être : à la fin de la Métaphore vive, dans le troisième tome de Temps et récit, au cours de la dernière étude de Soi-même comme un autre. Pour cette raison, nous avons caractérisé, au cours de nos travaux antérieurs2, l’ontologie ricœurienne d’« ontologie fragmentée ». Il y...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.