Show Less
Restricted access

Histoire, Forme et Sens en Littérature

La Belgique francophone – Tome 1 : L’Engendrement (1815–1914)

Series:

Marc Quaghebeur

La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.
De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des Formes issues de cette Histoire singulière.
Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.
Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.
Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre restitue ; une plongée nouvelle dans l’Histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle.
Show Summary Details
Restricted access

S’inscrire au cœur du légendaire

Extract



Le premier chapitre de ce volume ne s’attache pas uniquement au XIXe siècle ni aux œuvres et figures dont il est question dans ces pages. Il concerne l’ensemble du processus littéraire francophone qui s’est ouvert en Belgique après 1815 et se poursuit jusqu’au XXIe siècle, et fera l’objet des divers tomes de cette entreprise.

Le chapitre trace certaines des lignes de faîte du corpus francophone belge, en s’attachant à pointer des spécificités qui persistent et se modifient à la fois. Il le fait en suivant les grandes séquences temporelles qui rythment deux siècles de vie littéraire. Un tel chapitre éclaire et enracine donc dans l’Histoire quelques-unes des singularités de la première littérature francophone stricto sensu.

Son invention comme sa réinvention constante – mais aussi les formulations qui en accompagnent naissance et devenir – prennent très tôt plusieurs des contours, voire des incontournables, qui continuent de produire leurs effets jusqu’à aujourd’hui. Notamment pour ce qui est du rapport à l’Histoire propre, à la Langue et à la Littérature.

Les marques qu’il s’agit de prendre par rapport à Paris, et à la conception française de la langue, de l’identité, de la littérature ou de l’Histoire dans le contexte des romantismes et de l’efflorescence des littératures nationales, sont bien évidemment liées pour une part à ce moment historique. Elles connaîtront de sérieuses variantes – notamment entre 1920 et 1970, puis entre 1970 et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.