Show Less
Restricted access

Les zouaves pontificaux en France, en Belgique et au Québec

La mise en récit d’une expérience historique transnationale (XIXe – XXe siècles)

Series:

Edited By Bruno Dumons and Jean-Philippe Warren

Le bataillon des zouaves pontificaux est créé le 1er janvier 1861 et devient régiment au 1 er janvier 1867. Il est constitué d’environ 10 000 volontaires, issus de 25 nationalités différentes, qui seront licenciés le 21 septembre 1870.
Une fois le conflit terminé, de nombreuses associations d’anciens zouaves sont créées au retour des soldats et des journaux liés à ces associations sont fondées. Des rassemblements et des réunions cherchent à perpétuer le souvenir des faits d’armes des combattants démobilisés tandis que plusieurs monuments en célèbrent l’héroïsme.
Un véritable imaginaire prend forme à la fin du XIX e siècle. Appartenant à cette internationale « blanche », d’essence contre-révolutionnaire, les anciens volontaires élaborent le mythe du croisé moderne, du martyre et du héros catholique. C’est ici l’imaginaire construit autour des zouaves pontificaux que ce livre se propose d’explorer. Il entend poser des jalons pour mieux comprendre la structuration des réseaux de zouaves, leur idéal de chrétienté, leur description d’un « croisé du Christ », leur identité comme groupe et leur quête de légitimité religieuse et sociale, voire politique.
Show Summary Details
Restricted access

Reconversions d’anciens zouaves pontificaux dans le champ missionnaire d’Afrique équatoriale avec le cardinal Lavigerie et sa Société (1879-1927)

Extract

← 56 | 57 → Reconversion d’anciens zouaves pontificaux

Dans le champ missionnaire d’Afrique équatoriale avec le cardinal Lavigerie et sa Société (1879-1927)

CATHERINE FOISY

Vingt ans après avoir fondé la Société des missionnaires d’Afrique ou Pères blancs à Alger en 1868, le cardinal Lavigerie (1825-1892) s’engage fortement dans la lutte antiesclavagiste. Appuyé par le pape Léon XIII, il fait le tour des capitales européennes pour sensibiliser les gouvernements à ses idées en la matière, ces derniers ratifiant en 1890 à Bruxelles un « acte antiesclavagiste ». En parallèle de cette campagne diplomatique, Lavigerie et ses Pères blancs jouent un rôle très actif dans la lutte de terrain contre les esclavagistes par l’envoi de caravanes missionnaires dans l’est de l’État indépendant du Congo dont le recrutement d’anciens zouaves pontificaux devait assurer la protection. Ces laïcs d’origine française, belge, écossaise, hollandaise et allemande répondent positivement aux appels du cardinal dès la deuxième caravane, celle de 1879. Par ailleurs, un certain nombre de Pères blancs1 ont fait partie des zouaves pontificaux2. Dans ce texte, il s’agit de montrer comment, dans la vie de ces ← 57 | 58 → hommes laïcs et religieux, les champs militaire et missionnaire s’avèrent intimement liés. Pour ce faire, il faut d’abord revenir sur le déploiement de la plus importante caravane mixte d’auxiliaires armés et de prêtres missionnaires, celle de 1880. Dans un deuxième temps,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.