Show Less
Restricted access

Les zouaves pontificaux en France, en Belgique et au Québec

La mise en récit d’une expérience historique transnationale (XIXe – XXe siècles)

Series:

Bruno Dumons and Jean-Philippe Warren

Le bataillon des zouaves pontificaux est créé le 1er janvier 1861 et devient régiment au 1er janvier 1867. Il est constitué d’environ 10 000 volontaires, issus de 25 nationalités différentes, qui seront licenciés le 21 septembre 1870.
Une fois le conflit terminé, de nombreuses associations d’anciens zouaves sont créées au retour des soldats et des journaux liés à ces associations sont fondées. Des rassemblements et des réunions cherchent à perpétuer le souvenir des faits d’armes des combattants démobilisés tandis que plusieurs monuments en célèbrent l’héroïsme.
Un véritable imaginaire prend forme à la fin du XIXe siècle. Appartenant à cette internationale « blanche », d’essence contre-révolutionnaire, les anciens volontaires élaborent le mythe du croisé moderne, du martyre et du héros catholique. C’est ici l’imaginaire construit autour des zouaves pontificaux que ce livre se propose d’explorer. Il entend poser des jalons pour mieux comprendre la structuration des réseaux de zouaves, leur idéal de chrétienté, leur description d’un « croisé du Christ », leur identité comme groupe et leur quête de légitimité religieuse et sociale, voire politique.
Show Summary Details
Restricted access

Piopolis. Une colonie militaire des zouaves pontificaux

Extract

← 70 | 71 → Piopolis

Une colonie militaire des zouaves pontificaux

Jean-Philippe WARREN

Située dans les Cantons de l’Est, au Québec, la paroisse de Piopolis a ceci de singulier d’avoir été fondée par des zouaves canadiens au retour de leur expédition italienne1. Cette petite localité régionale sans importance démographique ou économique possède une histoire qui n’est pourtant pas banale dans la mesure où son peuplement permet de mieux comprendre les courants idéologiques qui animaient le milieu catholique canadien-français dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Révélateur des succès et des échecs des cercles conservateurs pour remodeler la société canadienne-française à leur image dans une période de profonds bouleversements politiques et économiques, le récit de fondation de ce village s’inscrit en effet dans la foulée de la campagne pour lever des fonds et des hommes afin de secourir le pape assiégé par les armées républicaines, campagne qui, plus qu’ailleurs en Amérique, a connu un fort succès au Québec2. En tout, 507 zouaves canadiens, dont la quasi-totalité était de langue française, furent recrutés pour repousser les assauts militaires des ennemis du pape et 388 d’entre eux purent faire le voyage jusqu’en Italie entre 1868 et 1870. En novembre 1870, ← 71 | 72 → lorsqu’ils revinrent sans même avoir livré bataille, ils furent accueillis en véritables héros par des foules de plusieurs...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.