Show Less
Restricted access

Européanisation et démocratisation des États baltes dans la période de préadhésion à l’UE

Le rôle de la conditionnalité politique des organisations européennes

Series:

Anne-Sophie Pigeonnier

L’adhésion des États baltes à l’Union européenne en mai 2004 a marqué l’aboutissement de multiples transformations. Une décennie plus tard, les présidences lituanienne (2013) et lettone (2015) du Conseil de l’UE entérinent le fait que les États baltes ne sont plus de jeunes États membres. Pourtant, la crise ukrainienne et le retour des pressions russes constituent un test crucial pour les démocraties baltes. C’est pourquoi, l’étude de l’européanisation et de la démocratisation des États baltes présente un intérêt géopolitique et scientifique particuliers.
Les interactions entre les facteurs exogènes et endogènes des transformations post-communistes sont au centre de cette étude, qui s’étend de la fin du régime soviétique à leur adhésion à l’UE. L’objectif principal est de mesurer la conditionnalité politique exercée par l’UE et d’autres organisations européennes dans les États baltes, à travers quatre études de cas : la lutte contre la corruption, l’adaptation de la fonction publique à l’UE, les réformes territoriales et enfin la promotion du droit des minorités nationales. Ces thèmes constituent autant de questions essentielles, à un moment où l’environnement géopolitique des États baltes redevient incertain.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 4. La promotion du droit des minorités (nationales) par les organisations européennes dans les États baltes : succès en Lituanie, demi-succès en Lettonie ?

Extract

| 171 →

CHAPITRE 4

La promotion du droit des minorités (nationales) par les organisations européennes dans les États baltes : succès en Lituanie, demi-succès en Lettonie ?

À l’époque tsariste, puis à l’époque soviétique, les populations baltes occupaient une position de minorités au sein d’entités dépassant leur territoire ethnique. Cette situation s’inversa au lendemain de la Première Guerre mondiale et après la restauration des indépendances de leurs républiques : les Baltes (re)devinrent la nation titulaire dominante dans leur État et durent gérer les minorités historiques présentes sur leur territoire. Dans l’entre-deux-guerres, l’autonomie culturelle accordée aux minorités dans les États baltes fut donnée en modèle sur la scène européenne. Cependant, la période soviétique ayant modifié l’équilibre ethnique de leur population, la question des minorités prit une toute autre dimension dans les années 1990 : en n’accordant pas la citoyenneté aux résidents russophones arrivés à l’époque soviétique, les autorités estonienne et lettone choisirent d’exclure une partie importante de la population de l’espace politique, malgré le risque de déstabilisation pour leur jeune démocratie restaurée. Les droits des minorités furent dès lors intrinsèquement liés avec la question de la citoyenneté. Dans le contexte de la fin de la guerre froide et de la crise en ex-Yougoslavie, la situation des minorités russophones d’Estonie et de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.