Show Less
Restricted access

Européanisation et démocratisation des États baltes dans la période de préadhésion à l’UE

Le rôle de la conditionnalité politique des organisations européennes

Series:

Anne-Sophie Pigeonnier

L’adhésion des États baltes à l’Union européenne en mai 2004 a marqué l’aboutissement de multiples transformations. Une décennie plus tard, les présidences lituanienne (2013) et lettone (2015) du Conseil de l’UE entérinent le fait que les États baltes ne sont plus de jeunes États membres. Pourtant, la crise ukrainienne et le retour des pressions russes constituent un test crucial pour les démocraties baltes. C’est pourquoi, l’étude de l’européanisation et de la démocratisation des États baltes présente un intérêt géopolitique et scientifique particuliers.
Les interactions entre les facteurs exogènes et endogènes des transformations post-communistes sont au centre de cette étude, qui s’étend de la fin du régime soviétique à leur adhésion à l’UE. L’objectif principal est de mesurer la conditionnalité politique exercée par l’UE et d’autres organisations européennes dans les États baltes, à travers quatre études de cas : la lutte contre la corruption, l’adaptation de la fonction publique à l’UE, les réformes territoriales et enfin la promotion du droit des minorités nationales. Ces thèmes constituent autant de questions essentielles, à un moment où l’environnement géopolitique des États baltes redevient incertain.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion. L’européanisation et démocratisation des États baltes : un processus inégal et inachevé

Extract

| 217 →

CONCLUSION

L’européanisation et démocratisation des États baltes : un processus inégal et inachevé

Cette étude a évalué le rôle joué par la conditionnalité des organisations européennes dans la consolidation démocratique des États baltes pendant la période précédant leur adhésion à l’UE. Elle a ainsi analysé les interactions entre les facteurs exogènes et endogènes à l’œuvre dans l’espace politico-administratif et dans la politique des minorités des États baltes. Les résultats obtenus confirment en grande partie l’hypothèse de départ, selon laquelle les mécanismes de conditionnalité, c’est-à-dire les pressions de l’UE, ont davantage impacté les réformes démocratiques des États baltes pendant la période de préadhésion que les processus de socialisation et d’apprentissage des normes. Ces pressions verticales, concentrées dans un laps de temps très court, ont abouti à une européanisation incomplète, c’est-à-dire variable selon les thèmes retenus et limitée à l’adoption d’un cadre législatif et institutionnel. Il convient cependant de nuancer notre propos. Il ne faudrait pas sous-estimer l’influence des autres mécanismes de socialisation et d’apprentissage des normes démocratiques, enclenchés pendant la période de préadhésion, par l’intermédiaire de l’UE et d’autres organisations européennes. Le Conseil de l’Europe, dont l’influence est à replacer dans une temporalité longue, est toujours responsable du monitoring démocratique des anciens États candidats d’Europe centrale et orientale, m...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.