Show Less
Restricted access

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900

Réflexions théoriques et études de cas

Series:

Edited By Britta Benert

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIX e siècle.
Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.
Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XX e Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne, à l’été 2013, les 14 contributeurs du présent volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.
Show Summary Details
Restricted access

Lou Andreas-Salomé et ses langues: paradoxes du cosmopolitisme 1900

Extract

← 156 | 157 → Lou Andreas-Salomé et ses langues : paradoxes du cosmopolitisme 1900

Britta BENERT

Université de Strasbourg

Avec cette contribution, je voudrais poursuivre une réflexion que j’ai entamée autour de l’un des recueils de nouvelles de Lou Andreas-Salomé, intitulé Im Zwischenland [Le Pays intermédiaire] et paru en 1902 (Benert, 2011). Titre et date de publication m’ont intriguée, le titre parce qu’il « sonne » si actuel, dans la mesure où il rappelle le champ sémantique des problématiques interculturelles ; quant à 1902, l’année coïncide avec celle de la publication de la Lettre de Chandos, tout comme ce début de siècle voit paraître la Critique du langage de Fritz Mauthner. Lou Andreas-Salomé étant par ailleurs célèbre pour avoir croisé le chemin de Nietzsche, Rilke et Freud, voici que s’esquisse une nouvelle triade autour de l’auteur : Nietzsche/Hofmannstahl/Mauthner, trois noms considérés actuellement comme ayant tenu un rôle fondamental dans le déploiement du scepticisme linguistique et les nouvelles esthétiques du XXe siècle.

« […] ich bin gar nicht so “kühl und wurschtig” ihr gegenüber wie Sie meinen » [« […] vous me reprochez mon indifférence, vous semblez dire que je m’en fiche complètement, il n’en est rien »1] : c’est Lou Andreas-Salomé que je cite ici, dans la lettre du 19 avril 1895 adressée depuis Saint-Pétersbourg à son ami Fritz Mauthner. Le pronom « ihr », réfère à la Sprachkritik [Critique du langage] que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.