Show Less
Restricted access

Penser les frontières européennes au XXIe siècle

Réflexion croisée des sciences sociales

Series:

Edited By Bertrand Vayssière

La frontière n’est jamais innocente et elle n’est jamais (ou quasiment jamais) « naturelle ». C’est un artifice qui a d’abord servi à affermir une souveraineté, et donc un État, le plus souvent contre les autres : en ce sens, l’Europe est le plus couturé de tous les continents, suite à toute une histoire de négociations et surtout de guerres, à tel point que l’on peut évoquer une véritable fragmentation de notre espace, traversé aujourd’hui par environ 14 000 km de frontières. Comment ignorer cette réalité aujourd’hui que l’on « fait » l’Europe ?
La question n’était pas taboue tant qu’on ne parlait que de désarmement douanier, dont le but ultime était la création d’un Marché unique, mais maintenant que ces frontières sont censées ne plus exister entre les États de l’UE au profit d’une seule et même frontière commune qui doit nous définir par rapport au monde extérieur (et, suivant certains, nous protéger contre lui), quel constat s’impose, et surtout quelles propositions apporter ?
Des spécialistes des principales sciences sociales (droit, histoire, géographie, sociologie) tentent ici une réponse, en s’appuyant sur des cas d’étude particuliers, présents ou passés, et en s’aidant de leurs méthodes propres d’investigation.
Show Summary Details
Restricted access

Les « frontières intelligentes »

Extract



Céline Castes-Renard

Professeur de droit privé, Université Toulouse Capitole

L’expression « frontières intelligentes » surprend car les frontières n’ont en soi ni conscience ni intelligence. Elles servent à représenter un concept abstrait, à matérialiser l’immatériel, soit une limite invisible séparant deux zones, en l’espèce le territoire de deux États (frontières internes) ou encore le territoire de l’Union européenne par différenciation avec celui des États non membres (frontières externes). Elles n’ont donc aucune fonction particulière, sont neutres en soi. Aussi est-on surpris du qualificatif ainsi employé. L’expression ne doit toutefois pas être prise au premier degré. Elle renvoie en réalité aux règles applicables aux conditions de franchissement et émane des textes de l’Union européenne. Il s’agit d’envisager la politique de l’Union européenne en la matière et de la caractériser au travers du qualificatif « intelligent ».

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.