Show Less
Restricted access

Penser les frontières européennes au XXIe siècle

Réflexion croisée des sciences sociales

Series:

Edited By Bertrand Vayssière

La frontière n’est jamais innocente et elle n’est jamais (ou quasiment jamais) « naturelle ». C’est un artifice qui a d’abord servi à affermir une souveraineté, et donc un État, le plus souvent contre les autres : en ce sens, l’Europe est le plus couturé de tous les continents, suite à toute une histoire de négociations et surtout de guerres, à tel point que l’on peut évoquer une véritable fragmentation de notre espace, traversé aujourd’hui par environ 14 000 km de frontières. Comment ignorer cette réalité aujourd’hui que l’on « fait » l’Europe ?
La question n’était pas taboue tant qu’on ne parlait que de désarmement douanier, dont le but ultime était la création d’un Marché unique, mais maintenant que ces frontières sont censées ne plus exister entre les États de l’UE au profit d’une seule et même frontière commune qui doit nous définir par rapport au monde extérieur (et, suivant certains, nous protéger contre lui), quel constat s’impose, et surtout quelles propositions apporter ?
Des spécialistes des principales sciences sociales (droit, histoire, géographie, sociologie) tentent ici une réponse, en s’appuyant sur des cas d’étude particuliers, présents ou passés, et en s’aidant de leurs méthodes propres d’investigation.
Show Summary Details
Restricted access

Les agglomérations transfrontalières, entre mythe et réalité

Extract



Cécile Jebeili

Université de Toulouse, UMR Dynamiques Rurales

François Taulelle

CUFR, Université de Toulouse, LISST-CIEU

Si le projet européen est économique, l’idée de rapprocher les individus est présente dès le premier Traité posant les ruptures administratives nationales comme des barrières qui vont à l’encontre de la dynamique de rapprochement des pays. Pourtant, c’est seulement en 1985 avec les accords de Schengen sur la mobilité des personnes, puis en 1986 avec l’Acte unique sur la circulation des échanges commerciaux, et à la fin des années 1980 avec les programmes Interreg que l’Union se dote d’outils pour faciliter la suppression des cassures administratives. La circulation est une évidence, la coopération en est la condition. Au cœur de cette coopération aux frontières se trouvent les agglomérations définies à ce jour comme des ensembles transfrontaliers. C’est dans ces territoires que s’incarne le plus le rapprochement concret des États.

Pourtant, le défi est difficile à relever compte tenu de l’histoire des États : certaines parties du territoire européen portent ainsi les stigmates de plusieurs siècles de protection et constituent des zones de marge pour des États qui se tournaient le dos en organisant leur développement à partir de logiques nationales. La conséquence en est la constitution de systèmes mal connectés ou pas du tout connectés, des infrastructures de transport qui se terminent en cul-de-sac ou encore des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.