Show Less
Restricted access

Penser les frontières européennes au XXIe siècle

Réflexion croisée des sciences sociales

Series:

Bertrand Vayssière

La frontière n’est jamais innocente et elle n’est jamais (ou quasiment jamais) « naturelle ». C’est un artifice qui a d’abord servi à affermir une souveraineté, et donc un État, le plus souvent contre les autres : en ce sens, l’Europe est le plus couturé de tous les continents, suite à toute une histoire de négociations et surtout de guerres, à tel point que l’on peut évoquer une véritable fragmentation de notre espace, traversé aujourd’hui par environ 14 000 km de frontières. Comment ignorer cette réalité aujourd’hui que l’on « fait » l’Europe ?
La question n’était pas taboue tant qu’on ne parlait que de désarmement douanier, dont le but ultime était la création d’un Marché unique, mais maintenant que ces frontières sont censées ne plus exister entre les États de l’UE au profit d’une seule et même frontière commune qui doit nous définir par rapport au monde extérieur (et, suivant certains, nous protéger contre lui), quel constat s’impose, et surtout quelles propositions apporter ?
Des spécialistes des principales sciences sociales (droit, histoire, géographie, sociologie) tentent ici une réponse, en s’appuyant sur des cas d’étude particuliers, présents ou passés, et en s’aidant de leurs méthodes propres d’investigation.
Show Summary Details
Restricted access

Notices biographiques

Extract



Céline Castets-Renard est professeur des Universités en droit privé à l’Université Toulouse 1 Capitole. Ses principales contributions portent sur le droit de l’internet et du traitement des données à l’échelle européenne : Droit de l’internet : droit français et européen, Paris, Montchrestien, collection LMD, 2009 ; Quelle protection des données personnelles en Europe ?, Paris, Larcier, 2015 ; « Les nouvelles technologies et la santé en Europe », Revue Lamy Droit de l’Immatériel, oct. 2014, n° spécial 108.

Laure Clément-Wilz est maître de conférences en droit public à l’Université Versailles Saint-Quentin (Laboratoire Versailles Saint-Quentin Institutions Publiques). Ses publications les plus importantes sont : Construire la citoyenneté européenne, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2014 (dir. avec Sylvaine Poillot-Peruzzetto); La fonction de l’avocat général près la Cour de justice, Bruxelles, Bruylant, 2011 ; « Les instruments de soft law en droit de l’Union européenne, la fin du droit ? », in N. Wolff, A. Zaradny et T. Fleury-Graff (eds.), La fin du droit ?, Paris, Mare et Martin, 2015 ; « The transformation of EU competence in the field of economics with the anti-crisis measures », in C. Blot, O. Rozenberg, F. Saraceno and I. Streho (eds.), Reforming Europe, 2014, n° 134.

Thibault Courcelle est maître de conférences en géographie et aménagement au centre universitaire Champollion d’Albi (LISST-CIEU, UMR 5193). Il est l’auteur d’une thèse de géopolitique sur le Conseil de l’Europe et de plusieurs articles portant notamment sur le lien entre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.