Show Less
Restricted access

Jacques Chevalier (1882–1962) et la philosophie française

Jean-François Petit

Brillant agrégé de philosophie à 21 ans, Jacques Chevalier a contribué, plus que tout autre, au rayonnement de la pensée française dans l’entre-deux guerres. Bon connaisseur de Platon et Aristote, disciple de Bergson, il va parcourir toute l’Europe pour faire connaitre Maine de Biran, Pascal et Descartes, tout en s’intéressant de près à la mystique.
Son travail sans précédent d’historien de la philosophie reste encore à découvrir, moins pour son engagement politique discutable que la profondeur de son travail d’historien de la philosophie.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusions de la deuxième partie

Extract

À l’issue de ce second temps, on ne peut qu’être à la fois admiratif et dubitatif devant la façon dont Chevalier va travailler indirectement le rapport philosophie/théologie à partir des années 1910.

Sa première thèse est assurément originale. Elle correspond plus, en fait, à ce qui relèverait aujourd’hui des « sciences religieuses » que de la philosophie proprement dite, sauf qu’elle montre que la Révélation a bien été génératrice de raison, pour reprendre la formule de Gilson. En effet, comment comprendre l’histoire du Pays de Galles sans faire référence à l’action de ses Saints ? Cette première thèse n’est pas sans intérêt : elle ouvre des pistes nouvelles à la compréhension des phénomènes religieux. Elle complète l’approche bergsonienne de la mystique des années 1900. Elle dépasse le raidissement dogmatique issu de la crise moderniste. En cherchant à rapprocher les résultats de disciplines disjointes dans le domaine de la philosophie, elle procède autant, méthodologiquement, de la cristallographie de Miers que de la contestation en actes des jeunes intellectuels chrétiens de la condamnation de la recherche et de l’absence de visée œcuménique de la part de Rome. Elle annonce le regain d’anti-modernisme des années 1920, déjà précédée par les excommunications de Tyrrell en 1907 (que Chevalier put lire) et de Loisy (en 1908)1.

Comment le Dieu des philosophes peut-il rejoindre le Dieu des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.