Show Less
Restricted access

Jacques Chevalier (1882–1962) et la philosophie française

Jean-François Petit

Brillant agrégé de philosophie à 21 ans, Jacques Chevalier a contribué, plus que tout autre, au rayonnement de la pensée française dans l’entre-deux guerres. Bon connaisseur de Platon et Aristote, disciple de Bergson, il va parcourir toute l’Europe pour faire connaitre Maine de Biran, Pascal et Descartes, tout en s’intéressant de près à la mystique.
Son travail sans précédent d’historien de la philosophie reste encore à découvrir, moins pour son engagement politique discutable que la profondeur de son travail d’historien de la philosophie.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre Cinq. L’interprétation magistrale de Descartes

← 90 | 91 →CHAPITRE CINQ

Extract

Que Descartes ait occupé une place centrale dans la pensée de Chevalier semble incontestable. Sa biographie du philosophe sera le premier grand travail qui le fera connaître vraiment. Son ouvrage est couronné par l’Académie des sciences morales et politiques en 1922 (prix Delbos) et par l’Académie Broquette-Gonin (1923)1. Chevalier est aussi l’éditeur des Lettres sur la morale et du Discours de la méthode de Descartes2. Il prend part aux discussions savantes sur le philosophe, notamment au Congrès de 1937, engageant les travaux de ses étudiants sur le sujet3. Jusqu’à la fin, Chevalier sera donc un historien de la philosophie de Descartes4. Sa très grande admiration ne l’empêchera pas d’être critique.

On lui doit une approche très importante qui permet de tracer le spectre des relations de Chevalier en son temps (I). Son optique est originellement assez nationaliste (II), tout en montrant l’importance des éléments biographiques pour comprendre l’évolution de la pensée cartésienne (III). Un de ses soucis principaux semble d’avoir voulu l’enraciner dans le christianisme pour empêcher une opposition factice à ses yeux avec Blaise Pascal (IV).

Le premier grand livre de Chevalier sur Descartes résulte des huit leçons professées à Grenoble durant l’hiver 1919-1920. Les remerciements et éloges sont précieux pour connaître le cercle des amis de l’auteur : Maurice Janet, Henri Gouhier, Léon Husson, Émile Genty et le ← 91 | 92 → Père Pouget qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.