Show Less
Restricted access

Et Jean-Baptiste Say… créa l’Entrepreneur

Préface d’André Tiran

Series:

Société Internationale Jean-Baptiste Say

À la fin du 18e siècle, l’initiative individuelle a été magnifiée pour permettre à l’économie de sortir de son état de passivité et de sclérose. Jean-Baptiste Say (1767–1832), économiste français et partisan de la révolution française, a produit une théorie générale de l’entrepreneur où l’innovation tient une place essentielle. L’entrepreneur peut être à la fois gestionnaire, capitaliste, innovateur. Say créa l’entrepreneur et le dota de moult charismes : esprit de conduite, génie des affaires, capacité d’entreprendre, sens du risque et d’initiative, création de valeur et d’emplois, grandes capacités gestionnaires, etc. Il s’agit d’un entrepreneur que les politiques et les « forces actuelles de marché » cherchent à ressusciter pour donner un nouveau souffle à notre économie léthargique.
Les auteurs de l’ouvrage discutent de la notion et de la fonction de l’entrepreneur dans l’œuvre de Say pour montrer son actualité économique, sociale et politique. Ils présentent aussi le contexte économique et intellectuel à partir duquel a émergé la théorie de l’entrepreneur. Entrepreneur, professeur, journaliste, lui-même, Say… créa l’entrepreneur et a légué à l’analyse (et à la philosophie) économique un « outil » de sortie de crise.
Show Summary Details
Restricted access

Jean-Baptiste Say et l’émergence d’une économie des entrepreneurs

Extract



Sophie BOUTILLIER

Laboratoire de Recherche sur l’Industrie et l’Innovation CLERSE (UMR-CNRS, 8019) Université du Littoral-Côte d’Opale Réseau de Recherche sur l’Innovation Société Internationale Jean-Baptiste Say, France

L’objectif de ce chapitre est de nous focaliser sur l’analyse que Jean-Baptiste Say développe dans Le Traité d’économie politique, dans la première édition (publiée en 1803) avant qu’il ne devienne lui-même entrepreneur à Auchy-lès-Hesdin dans le Pas-de-Calais (en 1804). Il s’agit en effet d’une part de son principal ouvrage (avant la publication du Traité, on ne dénombre aucune publication majeure en économie), d’autre part de son premier texte fondateur de la théorie de l’entrepreneur, qu’il retravaillera au cours des autres éditions. En bref, qu’il s’agisse de Marx (pour le critiquer) ou de Schumpeter, tous reconnaissent que Le Traité est l’œuvre majeure de Say (Steiner, 2006 ; Boutillier, Uzunidis, 2014). Nous trouvons en effet dès cette première édition (il y en aura six au total dont une postmoderne) ce qui constitue l’originalité de l’analyse de l’entrepreneur par Say, et comment il se distingue d’Adam Smith et des économistes britanniques d’une manière générale (en premier lieu David Ricardo qu’il nomme à plusieurs reprises dans cet ouvrage) (Tiran, 2014). Il reproche aux économistes britanniques en effet de ne pas avoir su distinguer l’entrepreneur et le capitaliste, et du même coup le profit généré pour le capitaliste par le placement d’un capital, et le revenu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.