Show Less
Restricted access

Théâtre contemporain dans les Amériques

Une scène sous la contrainte

Series:

Edited By Cécile Chantraine Braillon, Fatiha Idmhand and Norah Dei-Cas Giraldi

Penser le théâtre produit sur tout le continent américain, c’est aller au-delà de la distinction artificielle entre Amérique latine d’une part et Amérique principalement anglophone de l’autre, et l’envisager dans son extrême diversité. En retraçant le parcours de la production théâtrale des Amériques, depuis le début du XX e siècle jusqu’à nos jours, cet ouvrage dégage quelques-unes des lignes de forces qui le traversent, depuis les contraintes d’écriture et de création liées aux conjonctures difficiles qui ont marqué le continent jusqu’à l’engagement irrémédiable de la scène contemporaine américaine sur la voie de la mondialisation des Arts. Les travaux réunis ici montrent notamment de quelles manières auteurs et praticiens de théâtre américains ont adopté des stratégies dramatiques particulières pour dénoncer les injustices et les désastres perpétrés sur leur territoire. Ils analysent également la façon dont le théâtre des Amériques réussit à s’adapter aux exigences pragmatiques propres au genre et à l’évolution constante des pratiques théâtrales en proposant des formes dramatiques originales et en donnant une tonalité inédite au jeu des corps.
Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

Extract



Penser le théâtre – ou la littérature – à l’échelle de tout le continent américain, c’est tenter de dépasser les limites qui s’imposent trop souvent aux chercheurs habitués à travailler sur l’une ou l’autre de ses aires culturelles : sur une Amérique « latine », majoritairement hispanique d’une part, et sur une Amérique « du Nord », principalement anglophone de l’autre. La frontière qui les sépare, bien qu’elle incarne à l’heure actuelle une réalité politique et stratégique âprement défendue, permet, lorsque l’on s’en affranchit, d’élargir la perspective et de percevoir les phénomènes culturels autrement ; en opérant un tel décloisonnement, ils acquièrent une historicité nouvelle qui laisse apparaître des points de ressemblance, des rapports d’influence et aussi des zones d’achoppement, qu’ils aient vu le jour dans des endroits voisins ou éloignés du continent. Comme le souligne Nicole Lapierre, la frontière n’est alors plus seulement ligne de partage créant des identités distinctes, mais également lieu de passage de populations, de messages et de modes de pensée et ce, quel que soit le degré de clôture et d’ouverture imposé par un régime politique ou par, tout simplement, la nature1.

Cet élargissement de la perspective constitue en réalité une démarche innovante qui a été entreprise par le laboratoire CECILLE (Centre d’études en civilisations, langues et littératures étrangères) de l’Université Lille 3, avec la création de l’axe de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.