Show Less
Restricted access

Nougé et Magritte

Les Objets bouleversants

Series:

Valentina Bianchi

Le présent ouvrage se propose d’analyser la démarche des surréalistes bruxellois Paul Nougé et René Magritte, qui consiste en la création d’« objets bouleversants ». Cette notion capitale de la pensée, de l’écriture et de l’action de Paul Nougé se trouva également au cœur de l’eshétique de Magritte devenu surréaliste.
Il s’appuie sur des textes théoriques de Nougé, mais aussi sur de nombreux textes de Magritte et sur la riche correspondance qu’ils ont entretenue afin de surprendre la façon dont les objets – les plus banals le plus souvent – sont censés provoquer une sensation chez le spectateur et bousculer ainsi ses habitudes.
Il s’attarde par conséquent sur plusieurs créations de Magritte, mais analyse également, dans cette perspective, quelques-uns des textes poétiques de Paul Nougé.
L’ouvrage s’attache enfin à la question de l’efficacité de cette entreprise, et de sa pertinence à long terme.
De subtils et inattendus décalages avec les discours antérieurs à leurs avancées s’y opèrent, et qu’ils intègrent pour les mieux retourner.
Show Summary Details
Restricted access

René Magritte ou les Images défendues

Extract



Déjà dans La Conférence de Charleroi, au cours de son exposé qui tendait à définir le rôle de l’art et de l’artiste en prenant comme point de départ une analyse subtile sur la musique, et en arrivant à un point-clé de son argumentation, Nougé se réfère aux effets que celle-ci provoque sur les spectateurs : ces conséquences qu’il appelle « humaines », il importe, dit-il, pour celui qui est censé les constater et les mettre en évidence – en occurrence l’artiste – aussi – et surtout – de les juger. Ce jugement se rapporte à une échelle de valeurs certes difficile à fixer, mais qui doit, Nougé l’affirme sans appel, être établie à la mesure « d’une certaine image du monde, d’une certaine notion de l’homme », c’est-à-dire à la mesure « des sentiments et des désirs, des intentions de celui qui recourt aux moyens musicaux pour agir sur le monde »1. L’acte de la création, « volonté délibérée d’agir sur le monde », « c’est bien de cela que dépend le salut de la musique et du musicien »2. L’affaire est grave : ce salut, aux yeux de Nougé, ne serait autre que « le touchant espoir des magiciens, des guérisseurs et des thaumaturges », transfiguré… Il s’agit désormais d’une « expérimentation nouvelle », « non détachée » (l’art pout l’art étant banni par Nougé, Magritte en est d’accord aussi, car dépourvu de toute finalité humaine), où donc « l’indifférence n’a plus de place. » L’artiste a, par conséquent, l’obligation morale de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.