Show Less
Restricted access

Le sujet poétique chez Apollinaire et Huidobro

Series:

Jaime Baron

Le sujet poétique est une notion paradoxale qui nous renseigne de façon paradigmatique sur le devenir de la poésie moderne. Ses éclatements et ses scissions à la fin du Symbolisme définissent un champ sémiotique que les avant-gardes historiques ont adapté ou transformé.
L’étude de l’œuvre d’Apollinaire et de celle de Huidobro montre à quel point une description stable du sujet est pertinente pour comprendre les raisons profondes de la poésie, de la crise à la célébration lyrique et jusqu’à la pure spatialisation.
Cet ouvrage cherche à cerner la dynamique de deux définitions majeures du « sujet » et à éclaircir ses espaces d’allocution et de représentation culturelle. D’ Alcools à Altazor, le sujet et son corollaire intermittent, le mythe du Je-Poète, présentent des formes bien visibles dans le contexte des avant-gardes. Croix, avion, moulin, soldat : à la construction intertextuelle des figures identitaires se superpose leur récit auctorial. Se pose, alors, une question plus vaste : comment le Moi fait-il événement ?
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I. Le champ pragmatique

Extract

CHAPITRE I

Le champ pragmatique

L’étude de la constitution du Je-Poète sur le plan sémiotique nous a permis de cerner les points de convergence et de dissimilitude entre Apollinaire et Huidobro sur une étendue de 30 ans. Pendant cette période, la poésie connaît successivement des crises et des renaissances qui ont transformé l’espace d’allocution du poème et le rôle du « poète » dans le contexte des avant-gardes. En cela l’alternance entre scission et unité sacrificielle, particulièrement présente après 1907-1908, nous renseigne sur un conflit dont le caractère social avait montré déjà sa face la plus problématique chez Baudelaire, Rimbaud ou Jarry, et que les modernités radicales surréalistes et dadaïstes approfondissent avec vigueur.

La fin de « Vendémiaire » révèle une première forme du drame d’allocution dont l’évolution ne va pas forcément dans un sens unique. Quant à Huidobro, la question se pose en contradiction : éduqué dans le modernismo rubendarien dont la force communicationnelle signait encore en 1905 des projets comme « Salutación del optimista » où l’énonciateur trouve naturellement sa place centrale de vates, le contact avec Reverdy et, postérieurement, avec Dada, a alimenté un conflit pragmatique qui réfléchit différemment le mythe auctorial.

Tant Apollinaire que Huidobro tissent avec plus ou moins de netteté un savoir capable d’organiser des espaces d’allocution du Moi-Poète dérivés du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.