Show Less
Restricted access

La désobéissance épistémique

Rhétorique de la modernité, logique de la colonialité et grammaire de la décolonialité

Series:

Edited By Walter Mignolo

Pour penser au-delà des frontières épistémiques et territoriales établies par la colonisation des XV e et XVI e siècles, il est nécessaire d’identifier les formes d’acteurs et d’institutions dévalorisées par ces frontières.
Il est alors possible de mieux se détacher de ce dispositif conceptuel en optant pour un revirement épistémique qui consiste à privilégier, sur les traces de Fanon notamment, la socio-genèse d’un « être qui existe là où il pense » dans un environnement « pluri-versel ».
Un tel écart procède d’un acte d’émancipation qui ose transgresser la référence à l’universalisme abstrait hérité des Modernes pour dominer le monde. C’est un acte de « désobéissance épistémique ».
Show Summary Details
Restricted access

Entretien avec Rolando Vasquez:Aesthesis décoloniales et temps relationnels

Extract

| 175 →

Entretien avec Rolando Vasquez

Aesthesis décoloniales et temps relationnels

par Miriam BARRERA

Rolando Vázquez : Sociologue mexicain, résident aux Pays-Bas. Professeur au Collège Universitaire Roosevelt (UCR) de l’Université d’Utrecht. Coordinateur, avec Walter Mignolo, de l’école d’été décoloniale à Middelburg, Pays-Bas. Ses recherches concernent la pensée décoloniale, notamment, la décolonisation de la pensée critique, du temps et de l’esthétique. Vázquez a travaillé à la la construction de ponts entre la pensée décoloniale, la philosophie interculturelle et la pensée critique occidentale.

M.B. : Quand et comment apparaît le concept d’« aesthesis décoloniale » ?

R.V. : Le concept d’aesthesis décoloniale a deux racines importantes : L’une conceptuelle, l’autre historique. La racine conceptuelle a, pour nous, son origine en Amérique latine, lorsqu’en 2003 Adolfo Alban Achinte commence à parler d’esthétique coloniale et qu’à partir de ce moment sont publiés une série de travaux sous la coordination de Zulma Palermo en Argentine et de Pedro Pablo Gómez en Colombie. Il est aussi important de mentionner la communauté d’étudiants et de professeurs du programme de doctorat d’Estudios culturales Latinoamericanos (Études culturelles latino-américaines) à l’Université Andina Simón Bolivar coordonné par Catherine Walsch en Équateur dont Adolfo Alban et Pedro Pablo Gómez faisaient partie. En fait, c’est au sein de cette communauté que les esthétiques décoloniales ont commencé à être travaillées en rapport avec...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.