Show Less
Restricted access

La désobéissance épistémique

Rhétorique de la modernité, logique de la colonialité et grammaire de la décolonialité

Series:

Edited By Walter Mignolo

Pour penser au-delà des frontières épistémiques et territoriales établies par la colonisation des XV e et XVI e siècles, il est nécessaire d’identifier les formes d’acteurs et d’institutions dévalorisées par ces frontières.
Il est alors possible de mieux se détacher de ce dispositif conceptuel en optant pour un revirement épistémique qui consiste à privilégier, sur les traces de Fanon notamment, la socio-genèse d’un « être qui existe là où il pense » dans un environnement « pluri-versel ».
Un tel écart procède d’un acte d’émancipation qui ose transgresser la référence à l’universalisme abstrait hérité des Modernes pour dominer le monde. C’est un acte de « désobéissance épistémique ».
Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE III. La colonialité : le côté le plus obscur de la modernité

Extract

| 73 →

CHAPITRE III

La colonialité : le côté le plus obscur de la modernité

Dans le chapitre précédent, j’ai exposé les variations des concepts de détachement et de matrice coloniale du pouvoir, comme étant le point de départ de la pensée décoloniale. À présent, je vais m’aventurer sur les chemins de la colonialité, c’est-à-dire au cœur de la matrice du pouvoir.

1. Qu’est-ce la colonialité ?

Qu’est-ce que la colonialité et en quoi est-elle constitutive de la modernité ? Si la colonialité est constitutive de la modernité, en ce sens qu’il ne saurait y avoir de modernité sans colonialité, la rhétorique de la modernité et la logique de la colonialité deviennent les deux faces d’une même pièce de monnaie. Dès lors, la question à traiter serait de comprendre comment sont liées la logique de la colonialité et la rhétorique de la modernité. Pour y répondre, nous nous concentrerons, dans un premier temps, sur le concept de modernité. Ensuite, nous analyserons la relation qu’il entretient avec le concept de colonialité. Compte tenu de ce qui nous intéresse ici, une définition générale de la modernité s’avère suffisante. Dans ce cadre, la citation que proposait Anthony Giddens, il y a une dizaine d’années, devrait nous suffire :

En première approximation, disons que le mot « modernité » désigne des modes de vie ou d’organisation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.