Show Less
Restricted access

Linguistique et stylistique des figures

Series:

Edited By Cécile Barbet

Quand une construction fait-elle figure ? Et quel type de figure fait-elle ? Comment sont interprétées et parsées les figures ? À quoi servent-elles ? Quels outils, développés par la linguistique contemporaine, peuvent être utiles à la description et l’explication des figures de style et du discours ? Ce volume propose une réflexion collective sur ces questions qui sont abordées au travers de l’étude, entre autres, de la métaphore, du proverbe métaphorique, de l’hyperbate, de l’anacoluthe, de la métonymie et de l’hyperbole.
Show Summary Details
Restricted access

Figures du discours ou figures de style ? Essai de classification

Extract

Marc BONHOMME

Université de Berne

1. Une certaine confusion terminologique

Quand on observe de près le domaine des figures, on est frappé par l’indécision qui règne dans leur dénomination. Si beaucoup de théoriciens, comme Gibert (1730), Cohen (1970) ou Dumarsais (rééd. 1977), se contentent de l’appellation simple de « figure », il existe plusieurs modificateurs pour caractériser ce terme : « figure de rhétorique », « figure de style », « figure du discours »… Ces dénominations variées s’expliquent par des raisons historiques sur lesquelles nous nous étendrons peu. Dans l’Antiquité, les figures ont d’abord été « de rhétorique » avec le courant du même nom. Cette dénomination se trouve par exemple au premier siècle avant Jésus-Christ dans la Rhétorique à Herennius : « Tous les styles de discours, le style élevé, le moyen, le simple sont embellis par les figures de rhétorique […]. Disposées avec parcimonie, elles rehaussent le discours, comme le feraient les couleurs » (1989 : 145)1. Plus tard et particulièrement au tournant du XIXe siècle, les figures ont été « du discours ». Ainsi chez Fontanier (rééd. 1968 : 64) :

← 147 | 148 → Les figures du discours sont les traits, les formes ou les tours plus ou moins remarquables et d’un effet plus ou moins heureux, par lesquels le discours, dans l’expression des idées, […] s’éloigne plus ou moins de ce qui en eût été l’expression simple et commune.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.