Show Less
Restricted access

La cause du sujet

Series:

Marc Maesschalck

Cet ouvrage pose une question et tente d’y répondre en deux mouvements. La question : les réflexions actuelles sur la démocratie participative n’ont-elles pas escamoté une crise du sujet qui se marque en particulier par un postulat de faiblesse des sujets justifiant le rôle compensatoire attribués à des dispositifs institutionnels et normatifs de plus en plus invasifs ?
Réponse en deux mouvements : le premier vise un retour critique aux hypothèses des années 1970 sur l’enlisement de la subjectivité et sur la nécessité de mener une politique du « subjectif sans sujet ». Le deuxième mouvement s’adresse au renouveau contemporain des théories participatives. Ce dernier cherche à mobiliser des identités désirantes dans des processus de résolution de problème, tout en maintenant l’hypothèque posée sur la puissance des sujets dans l’ordre de l’action collective.
La thèse défendue est que cette hypothèque doit être levée parce qu’elle dénie le rôle attendu des sujets dans la transformation du social, tout en occultant la question de la limitation de leur puissance.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 8. Reconstruire l’intervention intellectuelle en société. Prolifération des savoirs et maîtrise collective du changement

← 186 | 187 → CHAPITRE 8

Extract

Il est apparu à travers les chapitres précédents que tant la figure du thérapeute que celle de l’animateur/chercheur recourant à une recherche-action sont indicatives d’une recomposition du processus participatif à partir de ses propres écarts. La manière dont les sujets concernés parviennent à s’autoriser de ces écarts pour créer des effets de supplémentarité est à la base de leur création de nouveaux modes de relationalité.

L’approche génétique que nous avons commencé à esquisser tente de faire droit à cette distorsion interne du processus participatif qui permet de renvoyer à une puissance des sujets recouverte, dans les autres approches, soit par la suture trop rapide entre les mécanismes incitatifs et les désirs d’énonciation, soit par le jeu en miroir du travail analytique sur l’usage des représentations. Pour rappeler brièvement ce que les chapitres précédents ont établi, nous avons distingué des approches « from within » de la participation et des approches « from without ». Pour les premières, le processus participatif se joue à travers une intervention permettant de produire une extension des représentations et un supplément d’autorité. En revanche, pour les secondes, l’intervention doit permettre une incitation à la participation et un supplément d’identité par implication subjective dans une communauté d’usage des mécanismes participatifs. L’approche génétique vise à sortir de cette opposition factice entre l’essence du processus et sa causalité réelle comme action sociale de manière à produire un travail sur la puissance subjective qu’occultent les deux approches...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.