Show Less
Restricted access

Malaise dans la ville

Series:

Edited By Sylvie Freyermuth and Jean-François Bonnot

Malaise dans la ville s’inscrit dans la continuité de Ville infectée, ville déshumanisée, paru dans cette même collection. Tout en poursuivant l’entreprise pluridisciplinaire du premier ouvrage, le champ de réflexion a été élargi, de même que la période de référence. Le programme de recherche « Reconstructions littéraires françaises et francophones des espaces sociopolitiques, historiques et scientifiques » a donc réuni des écrivains, des philosophes, des sociologues et historiens, des urbanistes, des spécialistes de sciences cognitives et, bien entendu, de critique littéraire, s’intéressant au « mal de vivre » en milieu urbain. Le livre est organisé selon quatre axes : la première partie est consacrée à des regards croisés sur la pérennité du sentiment de malaise ; la seconde rend compte du malaise urbain au carrefour de la littérature, de l’urbanisme et de la sociologie ; la troisième aborde la question des interactions conflictuelles entre langue(s), géographie, genre, économie et religion. Enfin, la quatrième section, empruntant les chemins de la critique et de la création littéraires, s’attache à mettre en lumière le malaise citadin à travers l’art.
Ces études, conduites à travers les lieux et les époques – du Moyen Âge à la période la plus contemporaine –, apportent un éclairage original sur l’imaginaire urbain « dépressif » ou « mélancolique », et sur les modalités des redéfinitions identitaires, parfois drastiques, auxquelles sont soumis les individus. Elles montrent en outre que ces phénomènes ne sont en rien l’apanage d’une supposée postmodernité.
Show Summary Details
Restricted access

Du roman « sous amphétamines » à la fable testimoniale. Rhétorique d’un malaise dans la ville et dans la vie

Extract

Du roman « sous amphétamines » à la fable testimoniale Rhétorique d’un malaise dans la ville et dans la vie

Sylvie FREYERMUTH

Université du Luxembourg

La dernière décennie a vu se multiplier des romans ou des recueils de textes qui traduisent le malaise que nos sociétés engendrent et la difficulté qu’on éprouve à y vivre, soit parce qu’on souffre directement des troubles qu’elles produisent, soit parce qu’on est témoin d’événements et de situations humainement insoutenables dont les causes sont multiples. Crise économique, contraintes politiques, absence de désir et d’espoir font naître un malaise dont je souhaite analyser la représentation dans deux ouvrages : Une fille dans la ville. New York, Paris, Kaboul, etc. de Flore Vasseur1, et Si ce n’est plus un homme de Nicole Malinconi2. Leur choix se justifie par l’apparente opposition radicale des postures qu’ils développent face à ce que construit (ou déconstruit) notre monde contemporain ; cependant, les antagonismes stylistiques et rhétoriques que je mettrai en évidence dans ce travail ne sont pas forcément le signe d’une divergence entre les choix moraux de leurs auteurs.

1. Du roman « sous amphétamines » à la fable testimoniale

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.