Show Less
Restricted access

Quatre siècles d’édition musicale

Mélanges offerts à Jean Gribenski

Series:

Edited By Joann Elart, Etienne Jardin and Patrick Taieb

Le présent ouvrage ne prétend pas proposer une histoire de l’édition de musique de 1550 à nos jours. Il consiste en une collection d’études explorant un versant foisonnant de l’histoire de la musique, l’édition musicale, depuis les premiers imprimés et l’insertion de portées dans les périodiques anciens jusqu’à la restitution critique des musiques du passé. Les approches retenues portent sur l’objet lui-même et ses techniques autant que sur des critères purement musicaux ; sur les relations entre l’activité des éditeurs avec le concert et la scène ; ou encore sur les questions de choix de sources et les partis pris de restitution dans le domaine de l’édition musicologique contemporaine.
Il est aussi un recueil de textes conçus en hommage à Jean Gribenski, dont l’enseignement à la Sorbonne, puis à l’Université de Poitiers, a reposé sur une méthode historique accordant au document une attention méticuleuse. Chaque texte s’appuie donc, comme l’enseignement du maître, sur un document dont l’analyse vise à éclairer des pratiques artistiques, sociales, commerciales ou scientifiques. Conçus par des collègues et d’anciens étudiants, il profite des avancées spectaculaires de la recherche dans le domaine de l’histoire de l’édition musicale française au cours des quarante dernières années.
Show Summary Details
Restricted access

Justine Favart compositrice. Sur deux airs publiés dans le Théâtre de M. Favart

Extract

| 63 →

Justine Favart compositrice

Sur deux airs publiés dans le Théâtre de M. Favart

Raphaëlle LEGRAND

Célèbre à la scène sous le nom de madame Favart, Marie-Justine-Benoîte Duronceray (1727-1772) sut captiver son public par la diversité de ses talents : actrice, danseuse, chanteuse, elle fut également reconnue pour son action pionnière dans la réforme du costume1. Son jeu à la fois fin et naïf, comique et tendre, sa capacité à chanter dans le style français des vaudevilles comme dans le style italien des Bouffons, lui assurèrent maint succès sur la scène de la Comédie-Italienne dans les années 1750 et 1760, alors que l’opéra-comique en vaudeville évoluait progressivement vers la comédie mêlée d’ariettes. Si l’importance de Justine Favart en tant qu’interprète ne fut guère sous-estimée en son temps, même par ses détracteurs, la qualité d’auteure dramatique lui fut davantage disputée. Le cinquième tome du Théâtre de M. Favart, publié par son mari Charles-Simon en 17632, est en réalité un recueil des six pièces dont elle a revendiqué une part principale d’auctorialité. Écrites en collaboration avec des dramaturges comme Harny de Guerville, Lourdet de Santerre ou Guérin de Frémicourt, probablement relues par Charles-Simon Favart, ces pièces doivent à Justine Favart (comme elle s’en explique dans le prologue apologétique de La Fête d’Amour)3 le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.