Show Less
Restricted access

Quatre siècles d’édition musicale

Mélanges offerts à Jean Gribenski

Series:

Edited By Joann Elart, Etienne Jardin and Patrick Taieb

Le présent ouvrage ne prétend pas proposer une histoire de l’édition de musique de 1550 à nos jours. Il consiste en une collection d’études explorant un versant foisonnant de l’histoire de la musique, l’édition musicale, depuis les premiers imprimés et l’insertion de portées dans les périodiques anciens jusqu’à la restitution critique des musiques du passé. Les approches retenues portent sur l’objet lui-même et ses techniques autant que sur des critères purement musicaux ; sur les relations entre l’activité des éditeurs avec le concert et la scène ; ou encore sur les questions de choix de sources et les partis pris de restitution dans le domaine de l’édition musicologique contemporaine.
Il est aussi un recueil de textes conçus en hommage à Jean Gribenski, dont l’enseignement à la Sorbonne, puis à l’Université de Poitiers, a reposé sur une méthode historique accordant au document une attention méticuleuse. Chaque texte s’appuie donc, comme l’enseignement du maître, sur un document dont l’analyse vise à éclairer des pratiques artistiques, sociales, commerciales ou scientifiques. Conçus par des collègues et d’anciens étudiants, il profite des avancées spectaculaires de la recherche dans le domaine de l’histoire de l’édition musicale française au cours des quarante dernières années.
Show Summary Details
Restricted access

Une source de réflexion pour l’éditeur scientifique. Les épreuves de la Fantaisie opus 111 de Gabriel Fauré révisées par Alfred Cortot

Extract

| 309 →

Une source de réflexion pour l’éditeur scientifique

Les épreuves de la Fantaisie opus 111 de Gabriel Fauré révisées par Alfred Cortot

Nicolas SOUTHON

On a peine à imaginer les tourments du chercheur devant les sources d’une œuvre dont il établit l’édition critique, même lorsque celles-ci sont peu nombreuses. Il n’est pas rare qu’il se perde en d’inextricables hypothèses, dans lesquelles lui-même finit par ne plus percevoir, à son désespoir, que des réflexions stériles ou absurdes… Deux craintes en particulier se présentent sourdement à sa conscience – qu’il tente ou feint d’ignorer : d’abord, que toute la scientificité dont il s’entoure ne suffise à le mettre à l’abri de mauvaises décisions ; ensuite, que tout le soin méticuleux qu’il apporte à son travail excède le seuil critique au-delà duquel il cesse d’être effectivement utile. Nous avons pu le constater, chez d’autres chercheurs en tant que responsable des Œuvres complètes de Gabriel Fauré, ou en travaillant nous-même à l’édition critique de la Fantaisie opus 111 de ce compositeur, notamment1. Nul n’avait pris garde jusqu’alors que cette partition, composée entre juillet et septembre 1918, devait une part non négligeable de sa substance à son dédicataire et créateur, Alfred Cortot. De cette particularité naît chez l’éditeur scientifique un questionnement, que ces lignes tenteront de retracer.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.