Show Less
Restricted access

Quatre siècles d’édition musicale

Mélanges offerts à Jean Gribenski

Series:

Joann Elart, Etienne Jardin and Patrick Taieb

Le présent ouvrage ne prétend pas proposer une histoire de l’édition de musique de 1550 à nos jours. Il consiste en une collection d’études explorant un versant foisonnant de l’histoire de la musique, l’édition musicale, depuis les premiers imprimés et l’insertion de portées dans les périodiques anciens jusqu’à la restitution critique des musiques du passé. Les approches retenues portent sur l’objet lui-même et ses techniques autant que sur des critères purement musicaux ; sur les relations entre l’activité des éditeurs avec le concert et la scène ; ou encore sur les questions de choix de sources et les partis pris de restitution dans le domaine de l’édition musicologique contemporaine.
Il est aussi un recueil de textes conçus en hommage à Jean Gribenski, dont l’enseignement à la Sorbonne, puis à l’Université de Poitiers, a reposé sur une méthode historique accordant au document une attention méticuleuse. Chaque texte s’appuie donc, comme l’enseignement du maître, sur un document dont l’analyse vise à éclairer des pratiques artistiques, sociales, commerciales ou scientifiques. Conçus par des collègues et d’anciens étudiants, il profite des avancées spectaculaires de la recherche dans le domaine de l’histoire de l’édition musicale française au cours des quarante dernières années.
Show Summary Details
Restricted access

Les monogrammes de Lili Boulanger pour la Société anonyme des Éditions Ricordi (1913-1918)

Extract



Alexandra LAEDERICH

Publiées par la Société anonyme des Éditions Ricordi à Paris dès 1913, les premières œuvres de Lili Boulanger (1893-1918) sont toutes marquées sur le plat de couverture d’un monogramme combinant les initiales L et B. Deux dessins différents ont été utilisés. Sur les partitions éditées du vivant de la compositrice, le premier monogramme est inscrit dans un carré ; anguleuses et légèrement penchées vers la droite, les initiales apparaissent en réserve sur un fond sombre. Utilisé après sa mort, le second monogramme s’inscrit dans un cercle ; les lettres dessinées d’un trait gras sont rondes et verticales et l’encre noire se détache sur un fond clair. Cette seconde version du monogramme est reprise par les éditeurs successifs, Durand en France, Schirmer aux États-Unis, et persiste de nos jours.

Dans la pratique éditoriale du début du XXe siècle en France, l’apposition d’un monogramme sur les partitions est destinée aux œuvres de quelques compositeurs majeurs1 : mais si les noms des graveurs de la musique sont toujours mentionnés, de même que ceux des artistes qui ont illustré les couvertures, l’auteur des monogrammes n’est jamais signalé.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.