Show Less
Restricted access

Image et philosophie

Les usages conceptuels de l’image

Series:

Augustin Dumont and Aline Wiame

Cet ouvrage a pour objectif d’interroger en profondeur la manière avec laquelle, historiquement, les philosophes ont « pratiqué l’image dans le concept ». Les auteurs s’interrogent sur le recours à la visualité et à la métaphore dans l’élaboration des schèmes philosophiques à travers l’histoire de la philosophie et les rapports que cette dernière entend tisser avec l’histoire du monde. On tâche de cerner les raisons que les philosophes ont pu avoir de mobiliser ou au contraire de rejeter cet opérateur conceptuel, d’assumer sa performativité ou bien de déplorer son caractère résiduel et résistant à toute systématisation de la rationalité. L’ouvrage cherche ainsi à dégager quelques figures centrales du nouage que les philosophes ne cessent d’opérer au sein du chiasme reliant la construction philosophique de l’image et la constitution de la pensée par l’image. Platon, saint Augustin, Descartes, Spinoza, Kant, Fichte, Schelling, Nietzsche, Bergson, Bachelard, Wittgenstein, Fink, Sartre, Merleau-Ponty, Castoriadis, Simondon et Deleuze sont les auteurs privilégiés dans cet ensemble.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I: L’image infigurable : un cas particulier de l’image discursive chez Platon

1.  Introduction

Extract

CHAPITRE I

L’image infigurable : un cas particulier de l’image discursive chez Platon

Sophie KLIMIS

Quiconque cherchera dans les dialogues platoniciens une théorie unitaire de l’image sera bien en peine de l’y trouver. Comme le souligne en effet Monique Dixsaut, « tout dépend de ce qu’il importe d’accentuer dans un contexte donné : dans la République ou le Timée1, dire que les choses sensibles sont des images, c’est insister sur la nécessité de se référer aux Formes pour pouvoir les connaître […] Dans le Sophiste, où la perspective est celle de la participation aux genres les plus importants […] Les images mentionnées par l’Étranger sont des images au sens courant du terme : reflets, ombres, rêves, peintures »2. Toute tentative de ressaisir la théorisation platonicienne de l’image devra donc nécessairement situer la perspective selon laquelle l’image est envisagée dans tel ou tel dialogue (épistémologique, ontologique, pédagogique), s’interroger sur ce qui est qualifié d’image et relativement à quoi3. Qui plus est, la sémantique platonicienne de l’image est elle-même complexe, puisqu’elle s’articule autour de quatre termes clés : mimèsis, eidôlon, eikôn, phantasma, que je traduis respectivement par « simulation », « image », « icône » et « phantasme »4. Enfin, il faut souligner que la théorie n’est jamais figée en doctrine chez Platon, mais qu’il faut l’envisager comme un processus de théorisation, compte tenu de la spécificité de la forme dialogique. Plus pr...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.