Show Less
Restricted access

Image et philosophie

Les usages conceptuels de l’image

Series:

Edited By Augustin Dumont and Aline Wiame

Cet ouvrage a pour objectif d’interroger en profondeur la manière avec laquelle, historiquement, les philosophes ont « pratiqué l’image dans le concept ». Les auteurs s’interrogent sur le recours à la visualité et à la métaphore dans l’élaboration des schèmes philosophiques à travers l’histoire de la philosophie et les rapports que cette dernière entend tisser avec l’histoire du monde. On tâche de cerner les raisons que les philosophes ont pu avoir de mobiliser ou au contraire de rejeter cet opérateur conceptuel, d’assumer sa performativité ou bien de déplorer son caractère résiduel et résistant à toute systématisation de la rationalité. L’ouvrage cherche ainsi à dégager quelques figures centrales du nouage que les philosophes ne cessent d’opérer au sein du chiasme reliant la construction philosophique de l’image et la constitution de la pensée par l’image. Platon, saint Augustin, Descartes, Spinoza, Kant, Fichte, Schelling, Nietzsche, Bergson, Bachelard, Wittgenstein, Fink, Sartre, Merleau-Ponty, Castoriadis, Simondon et Deleuze sont les auteurs privilégiés dans cet ensemble.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre II: Usage conceptuel de l’image chez saint Augustin

Extract

CHAPITRE II

Usage conceptuel de l’image chez saint Augustin

Odile GILON

« Image et philosophie » : l’une et l’autre, la conjonction laissant apparaître l’improbable rencontre entre l’image et le concept, le particulier et l’universel, le sensible et l’abstrait. L’idée, avancée dans le titre de cet ouvrage, d’une « pratique conceptuelle de l’image », pour reprendre l’expression de Gilles Deleuze, suppose que l’image possède autonomie et spécificité ; qu’elle forme un système de signes dont la dynamique ne disparaisse pas entièrement dans la pensée conceptuelle, et en soit dès lors séparable1. Nous sommes loin de la définition médiévale chrétienne de l’imago, fondue toute entière dans le réseau de correspondances théologiques, philosophiques et symboliques, où l’homme à l’image de Dieu (Gn I, 26), comme ployé par un pondus naturel vers son Créateur, émerge de sa condition ontologique originelle pour tendre vers lui, imago ad imaginem, en appuyant de son esprit (Augustin) et de sa volonté libre (saint Bernard) la grâce de la ressemblance qui lui est accordée2. En ce sens, la question médiévale de l’image, riche d’une épaisseur ontologique et axiologique étrangère à l’objectualité que pourrait lui abandonner la pensée contemporaine, est beaucoup plus vaste que la question philosophique des rapports entre l’image et le concept. L’image se mesure toujours en termes d’adéquation avec l’invisible qu’elle est censée manifester ; elle participe, comme le rappelle Lucien Braun, d’un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.