Show Less
Restricted access

Image et philosophie

Les usages conceptuels de l’image

Series:

Edited By Augustin Dumont and Aline Wiame

Cet ouvrage a pour objectif d’interroger en profondeur la manière avec laquelle, historiquement, les philosophes ont « pratiqué l’image dans le concept ». Les auteurs s’interrogent sur le recours à la visualité et à la métaphore dans l’élaboration des schèmes philosophiques à travers l’histoire de la philosophie et les rapports que cette dernière entend tisser avec l’histoire du monde. On tâche de cerner les raisons que les philosophes ont pu avoir de mobiliser ou au contraire de rejeter cet opérateur conceptuel, d’assumer sa performativité ou bien de déplorer son caractère résiduel et résistant à toute systématisation de la rationalité. L’ouvrage cherche ainsi à dégager quelques figures centrales du nouage que les philosophes ne cessent d’opérer au sein du chiasme reliant la construction philosophique de l’image et la constitution de la pensée par l’image. Platon, saint Augustin, Descartes, Spinoza, Kant, Fichte, Schelling, Nietzsche, Bergson, Bachelard, Wittgenstein, Fink, Sartre, Merleau-Ponty, Castoriadis, Simondon et Deleuze sont les auteurs privilégiés dans cet ensemble.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VIII: Par-delà l’iconoclasme et l’idolâtrie : sens et usages de la notion d’image dans les textes de Nietzsche

1.  « Nous ne connaissons pas des choses en soi et pour soi, mais seulement leurs images » : réalité, apparaître et apparences

Extract

CHAPITRE VIII

Par-delà l’iconoclasme et l’idolâtrie

Sens et usages de la notion d’image dans l’œuvre de Nietzsche1

Céline DENAT

[…] nous nous cramponnerons de toutes nos forces aux droits de notre jeunesse, nous défendrons inlassablement en celle-ci un avenir haï par ces iconoclastes qui veulent détruire toute image d’une vie future2.

Dès le premier ouvrage philosophique de Nietzsche, La Naissance de la tragédie, on ne peut qu’être frappé par l’abondance du vocabulaire de l’image dont il fait usage. La notion d’image y apparaît d’emblée déterminante, puisque ce n’est pas au travers de concepts mais bien au travers de l’intuition et des images de leurs dieux3 que les Grecs nous font connaître leur vision de l’art, et puisque l’image (ou son absence) constitue le critère qui fonde la distinction de l’art apollinien (caractérisé comme Kunst des Bildners) et de l’art dionysiaque (en tant qu’unbildlicher Kunst)4. La même notion parcourt dès lors, sous des formes variées et complexes dont le traducteur peut d’ailleurs finir par peiner à rendre la spécificité en français, l’ensemble de l’ouvrage : images artistiques bien ← 175 | 176 → sûr, mais aussi oniriques (Traumbilder)5, Bilderwelten de l’art et du rêve, symboles (Symbole, ou encore Gleichnisse) et images de nature symbolique (gleichnissartige Bilder)6, gerbes ou faisceaux d’images (Bilderfunken) engendrés par la musique7, images originaires ou archétypes (Urbilde)8,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.