Show Less
Restricted access

«Political ecology» des services écosystémiques

Series:

Xavier Arnauld de Sartre, Monica Castro, Simon Dufour and Johan Oszwald

La notion de services écosystémiques s’est récemment imposée comme un mot d’ordre de la gouvernance environnementale. Rejetée en bloc ou adoptée de manière acritique, cette notion fait le buzz dans la science globale. Suivant une démarche de political ecology qui combine des approches de sociologie des sciences, de géographie politique et de cartographie critique, cet ouvrage propose une analyse critique de la notion de services écosystémiques et cherche à en délimiter le périmètre de validité. Après en avoir analysé l’histoire et l’évolution récente, les auteurs analysent son appropriation dans les arènes de la gouvernance environnementale globale et par les ONG critiques de cette gouvernance, ainsi que dans les politiques publiques de pays forestiers tropicaux (Brésil et Gabon). Ces analyses posent les bases d’une analyse critique de la modélisation et de la cartographie de services écosystémiques fondée à la fois sur une revue de la littérature existante et sur l’analyse de données recueillies dans le cadre de fronts pionniers tropicaux (au Brésil et en Colombie).
Show Summary Details
Restricted access

Préface

Extract



La crise de la biodiversité s’observe et s’étudie à des échelles très différentes. Un pédologue peut la décrire à dix centimètres sous le sol, dans la couche humifère qui ne cesse de s’appauvrir du fait de l’intensification agricole, de la déforestation ou encore de la pollution des cours d’eau. Certains écologues s’intéressent à de vastes territoires. Ils recensent et prédisent les extinctions et analysent les impacts biologiques de la dégradation des milieux naturels, grignotés par l’urbanisation, l’agriculture ou les grandes infrastructures. Élevant encore le regard, les climatologues la voient du ciel, observant notre petite « bille bleue » qui s’irrite et s’échauffe. De façon plus métaphorique, la philosophie elle aussi se penche sur le problème d’un point de vue « hors-sol », s’intéressant aux concepts et à leur histoire, interrogeant de haut les rapports Homme-Nature, les critères impartiaux d’une justice intergénérationnelle ou encore la valeur intrinsèque des entités non humaines. Autant d’échelles, autant de regards, qui enrichissent le caléidoscope de notre compréhension d’un phénomène complexe aux nombreuses facettes. Et pourtant, « la » crise de la biodiversité n’est rien d’autre qu’une multitude de crises imbriquées dans lesquelles se jouent, plus que la vieille adversité entre les humains et la nature, des rapports de force, des mobilisations politiques, des rivalités de personnes et de groupes historiquement et socialement situés. C’est à cette échelle des affaires humaines que s’intéresse ce...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.