Show Less
Restricted access

Glossaire des mobilités culturelles

Series:

Edited By Zilá Bernd and Norah Dei-Cas Giraldi

Les formes de déplacements présentes dans nos sociétés sont multiples : géographiques et culturels, passages – inter-, multi- et transculturels tout autant qu’inter-, multi- et transnationaux –, transferts et autres mouvances dues aux interpénétrations ethniques et culturelles. Ce glossaire les rassemble, les expose et répond au besoin pressant d’une véritable recherche comparatiste faisant dialoguer les cultures des deux côtés de l’Atlantique.
C’est ainsi que dans les différents domaines des sciences humaines et sociales, des spécialistes venus d’Afrique, des Amériques et d’Europe, exposent et débattent des questions fondamentales relatives aux mobilités culturelles. Les concepts-clés des exils, diasporas, migrations, frontières, transferts, transculturalités, transnationalités y sont analysés à travers le prisme de l’inter- et du transdisciplinaire. Les apports théoriques et méthodologiques de cet ouvrage sont nombreux et en font un outil indispensable dans la recherche actuelle.
Show Summary Details
Restricted access

Pratiques déplacées (Ana Zavala)

← 290 | 291 → Pratiques déplacées

Extract

Ana ZAVALA

Dans la plupart des sociétés actuelles, l’enseignement de l’histoire se trouve à l’intersection entre une politique gouvernementale et une multitude infinie de pratiques professionnelles, singulières et idiosyncratiques par nature. D’un point de vue historique, autant que politique, les buts de cette politique gouvernementale ont exhorté à la réalisation de la majorité des travaux de théorisation de l’enseignement de l’histoire (Moniot, 1993, Laville, 2000, Citron, 1989). Bien que ce ne soit pas le sujet de cet article, nous nous devons de mentionner que dans le cas de l’enseignement de l’histoire, les buts que l’État et la société ont historiquement établis impliquent un certain déplacement, dans la mesure où l’emphase est mise sur les dimensions patriotique et civique, sur la morale et l’idéologie, c’est-à-dire qu’il a toujours été attendu que les connaissances historiques influencent certains comportements spécifiques, dont le lien avec ce savoir ne peut être démontré de manière argumentée. La mise en place d’un projet politique d’enseignement de l’histoire aux jeunes d’un pays repose sur l’existence d’une institution scolaire s’appuyant sur des programmes officiels, des manuels, des niveaux éducatifs, des évaluations et la supervision directe ou indirecte de l’État. Elle requiert également un projet de formation des formateurs, grâce auquel le projet politique se mue en pratique professionnelle. De cette façon, la didactique de l’histoire peut se focaliser sur ce qui doit ou devrait se passer dans une salle de classe. Ces...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.