Show Less
Restricted access

L’abîme de l’épreuve

Phénoménologie matérielle en son archi-intelligibilité

Series:

Rolf Kühn

Ce livre déploie jusque dans ses plus ultimes conséquences le projet d’une auto-radicalisation de la phénoménologie. C’est une interrogation radicale sur le fond abyssal de toute épreuve subjective que l’auteur entend ici réaliser. Cette recherche contribue à l’avancement d’une phénoménologie qui ne serait plus dupe de la séparation artificielle entre des disciplines traditionnelles telles que la métaphysique, l’ontologie, la théologie, la mystique, l’épistémologie, l’éthique, l’esthétique, etc. Elle permet par ailleurs de faire de la question de l’éprouver, ressaisi en son abîme intérieur, en l’incessante fulguration de sa naissance immanente, le cœur d’une recherche renouvelée sur les conditions individuelles et collectives d’une praxis libératrice.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 L’architecture et la demeure de la vie

Extract

CHAPITRE 2

Initialement, ce chapitre sur l’architecture et le corps vivant s’insérait dans une analyse consacrée au rapport de l’art avec la vie. Ce thème plus large creusait la possibilité d’une « existence esthétique aujourd’hui »1, ce qui reste, au fond, également notre perspective ici, car, d’une part il s’agit de penser ce rapport à l’aide de « l’outil » phénoménologique et, plus exactement, de la phénoménologie matérielle de la vie développée par Michel Henry. Or, d’autre part, il s’agit de situer ce rapport Art/Vie en prenant en compte l’apport fourni par les débats contemporains autour des questions esthétiques. Ainsi, ce dernier chapitre sur l’architecture que nous proposons ici au lecteur fait-il une large part au débat contemporain autour du rôle de l’architecture, par exemple en ce qui concerne le concept de ville comme « œuvre d’art globale » (Gesamtkunstwerk) ou celui de « diffraction » (Gebrochenheit) caractérisant un leitmotiv de l’architecture postmoderne. Mais au-delà de ce qui pourrait n’être qu’un débat théorique se profile justement une analyse de l’existence esthétique, ou plutôt de l’existence comme esthétique.

Mais que faut-il ici entendre par « existence » et quelles sont les conceptions exactes de l’esthétique qui en découlent ? Tout en reconnaissant ce que peut apporter l’œuvre heideggérienne dans ce domaine, nous nous en détournons en nous basant sur une pensée différente qui est celle de la phénom...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.