Show Less

« Ce Salon à quoi tout se ramène »

Le Salon de peinture et de sculpture, 1791-1890

Series:

Edited By James Kearns and Pierre Vaisse

Exposition organisée par l’État jusqu’en 1881, grande fête annuelle ou bisannuelle de l’art, le Salon de peinture et de sculpture domine la vie artistique à Paris tout au long du dix-neuvième siècle. Dans l’historiographie de la modernité artistique, cependant, le rôle de ce « Salon à quoi tout se ramène » (comme le disait Tabarant dans La Vie artistique au temps de Baudelaire) a trop souvent été réduit à celui du terrain de bataille où se sont confrontées « tradition académique » et « nouveauté révolutionnaire ». Les sept études que contient ce volume ont donc pour but de restituer au Salon sa véritable dimension historique en analysant des éléments essentiels de son organisation, son fonctionnement et sa finalité, dont : son emplacement (au Louvre jusqu’en 1848), ses artistes, ses visiteurs, sa rhétorique et son système de récompenses, pour terminer sur les raisons et les conséquences de son abandon par l’État.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Notes biographiques 153

Extract

Notes biographiques EVA BOUILLO est docteur en histoire de l’art et enseigne à l’Université Paris Ouest–Nanterre La Défense et à l’École du Louvre. Elle a été professeur invité à l’Université Laval à Québec en 2007. Ses recherches portent sur les expositions au XIXe siècle et sur les enjeux esthétiques du romantisme. Elle a publié Le Salon de 1827 : Classique ou romantique ? (Presses Uni- versitaires de Rennes, 2009) et des travaux sur la muséographie du Salon (dans Recherches en histoire de l’art, 2006) et sur l’histoire des goûts et des modes sous la Restauration (Actes du colloque « Art et Mesure », ENS, 2009). Elle est également co-auteur d’une base de données sur les Salons de 1667 à 1914, projet piloté par le musée d’Orsay. MARIE-CLAUDE CHAUDONNERET est chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique, Paris. Historienne de l’art du XIXe siècle, elle a notamment publié L’État et les artistes. De la Restauration à la monarchie de Juillet (1815–1833) (Flammarion, 1999) ; Adolphe Thiers, critique d’art. Les Salons de 1822 et de 1824 (Honoré Champion, 2005, en collaboration avec Sébastien Allard) ; Ingres. La réforme des principes : 1806–1834 (Fage éditions, 2006). ADRIEN GOETZ est maître de conférences d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Paris IV. Sa thèse de doctorat avait pour sujet L’Artiste, une revue de combat des années romantiques et il a publié notamment Ingres, collages : dessins d’Ingres du Musée de Montaubon (Musée Ingres, 2006) et L’Atelier...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.