Show Less

Georges Bataille, Poète du réel

Series:

Marie-Christine Lala

Comment reconnaître le poète en Georges Bataille – à côté de l’écrivain et du penseur? A partir d’une lecture détaillée de L’Impossible, ce livre met peu à peu en lumière la relation paradoxale qui s’établit dans le mouvement de l’écriture entre le langage, l’expérience et le monde. Cette approche favorise les confrontations en sciences humaines et en même temps, elle éclaire le sens de la haine de la poésie qui excède les limites de la littérature et de la philosophie. Par leur exploration du mode de référence propre à l’énonciation, ces analyses permettent aussi de questionner la place du lecteur et les enjeux de la critique du discours. On peut voir les thèmes-clés de la pensée de Bataille (souveraineté, transgression, sacré…) ordonner leur cohérence profonde autour du réel impossible, depuis l’œuvre de la mort dans le texte. D’une poétique nouvelle, cette écriture augure une éthique à venir.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1La maladie de l’imposture 9

Extract

Chapitre 1 La maladie de l’imposture Lecteur de récits, l’homme peut se définir en tant qu’individu dans sa subor- dination aux limites de l’identité, puisque sa représentation de la mort ainsi voilée dans le jeu des simulacres narratifs lui permet le dédoublement en un présent et un futur (VIII, 267). Dans l’oscillation incessante entre le souci de durer et la consumation du désir de brûler dans l’instant, sa conscience déchirée le met cependant face au vide où cela précipite. Bataille y insiste, les considérations qui ordonnent le monde de l’activité utile (monde du travail) impliquent le bon sens et la donnée de la conscience: leur contenu n’est autre que le sérieux de la mort dont la gravité pèse lourdement sur l’existence humaine. Sous cette forme, la mort emplit le «monde réel de l’utilité» (III, 102), mais à l’état rentré, car elle demeure omniprésente et refoulée: le non-sens de la mort fait scandale à se répéter et l’effet de vérité qu’elle produit passe inaperçu… Pourtant le rien du réel impossible1 a lieu dans l’outrance du désir et de la mort, et son achoppement porte atteinte au point le plus sensible en l’homme pour faire appel à l’impact d’une vérité contrevenant au «sentiment de vide du mensonge» (III, 101). D’après Bataille, le monde réel de l’utilité a un sens opposé au réel impossible dont la perspective...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.